Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

"ParlemenTerre" : le classement écolo des députés

Assemblée nationale, Paris.
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP

À l’aube des élections législatives, l’heure du bilan a sonné. Dimanche 29 mai, l’association “Agir pour l’Environnement” dévoilait son classement “ParlemenTerre” qui attribue une note à tous les députés en fonction de leurs votes en faveur de l’écologie depuis 2017.

Quels sont les députés qui se sont montrés les plus en faveur de l’écologie dans leurs votes ces cinq dernières années ? Après les candidats à la présidentielle en avril dernier, c’est au tour des députés d’être jugés sur leurs engagements environnementaux. Le classement établi par “Agir pour l’Environnement” intitulé “ParlemenTerre” et révélé dimanche 29 mai 2022, dévoile des disparités sur la question écologique entre les députés Insoumis, LaRem, LR ou encore Modem. 

Quelle est la méthode de “ParlemenTerre” ?

Il faut d’abord rappeler que de nombreux scrutins sur lesquels se penchent les députés français ne sont pas publics. L’étude se base donc sur 17 propositions ayant un lien avec l’écologie. Parmi elles on retrouve : l’interdiction des perturbateurs endocriniens dans les cantines scolaires, l’interdiction d’importer des denrées produites en utilisant des substances interdites dans l’Union européenne, l'interdiction du glyphosate, le maintien des petites lignes ferroviaires ou encore l’instauration d’une taxe sur les engrais azotés. 

L’association adopte un système de points. Si un député a voté en faveur d’une loi jugée comme étant une avancée écologique, il reçoit un point. En cas d’absence ou d’abstention il obtient 0 et s’il vote pour une mesure considérée comme néfaste à l’environnement, il perd un point

Qui sont les grands gagnants et les grands perdants ?

Delphine Batho (non-inscrite) et Mathilde Panot (Insoumis) arrivent première de ce classement. Les derniers sont des députés LaREM (La République en marche) : Guillaume Kasbarian (Eure-et-Loir), Jean-Luc Fugit (Rhône) et Zivka Park (Val-d’Oise). Ils sont tous trois candidats à leur réélection. De manière générale, parmi les 68 premiers députés du classement, on trouve un grand nombre d’insoumis, de socialistes et de membres du parti gauche démocrate et républicaine, mais aussi quelques membres d’”Agir ensemble”, de LR (Les Républicains) et du Modem (Mouvement démocrate). Seulement un candidat LaREM y figure : Jean François Mbaye à la 44ème position. 

La ministre de la Transition écologique fait aussi partie du bas du classement de “ParlemenTerre”. Amélie de Montchalin arrive à la 595 ème position. Sa note est cependant à relativiser puisque l’ancienne député a quitté son poste en 2019 lorsqu’elle est devenue ministre de la Fonction publique. Elle n'a donc pas pu prendre part à certains votes parmi les 17 propositions. L'ancienne député avait tout de même voté contre l’interdiction du glyphosate. Elle a expliqué sa position sur l'écologie à l’antenne de France Inter lors du Grand entretien avec Jérôme Cadet et Alexandra Bensaïd le 24 mai. La ministre sera candidate aux législatives cette année dans l’Essonne.

 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.