Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Néonicotinoïdes : les dérogations réservées à la betterave

©igorstevanovic/Shutterstock

Les dérogations temporaires prévues par la France pour permettre à ses agriculteurs de réutiliser des insecticides néonicotinoïdes, néfastes pour les abeilles, seront "réservées" à la culture de la betterave et ne pourront être étendues à d'autres cultures, a indiqué le gouvernement mercredi.

Le projet de loi, qui doit être présenté jeudi en Conseil des ministres, s'appuie sur l'article 53 du règlement européen sur les produits phytosanitaires permettant de déroger à l'interdiction de certains de ces produits lorsqu'il existe un "danger qui ne peut être maîtrisé par d'autres moyens raisonnables". Ici le danger identifié est la "jaunisse de la betterave", transmise par un puceron vert vecteur du virus, qui se développe sur les cultures françaises dont les semences n'ont pas été enrobées au préalable de cet insecticide.

La baisse des rendements induite menace la pérennité de la filière française de betteraves à sucre, qui emploie 46 000 personnes. L'interdiction des insecticides néonicotinoïdes est valable dans toute l'Union européenne, mais la France était le seul pays à vraiment l'appliquer depuis septembre 2018, suite à la loi de biodiversité de 2016.

Douze pays ont demandé et obtenu des dérogations qui préservent leurs rendements de production betteravière, dont la Belgique, l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, l'Espagne et la Pologne.

Un nouvel arrêté chaque année

De source gouvernementale, on précise par ailleurs que la ré-autorisation, qui sera valable pour 2021, 2022 et 2023, sera soumise à un arrêté pris chaque année par les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement. Le texte de loi présenté jeudi ne portera pas la mention des betteraves car il se réfère à un texte européen générique, mais l'arrêté sera spécifiquement axé sur la culture des betteraves, a ajouté la même source.

Début août, les producteurs de maïs avaient indiqué qu'ils souhaitaient eux aussi bénéficier d'une dérogation pour utiliser des semences enrobées de néonicotinoïdes. L'infestation de la jaunisse de la betterave, qui vient d'un hiver et d'un printemps trop doux ayant permis la pullulation de pucerons, touche surtout les zones sud de cette culture, où le taux peut aller jusqu'à 80 %, alors que dans le nord de la France, les parcelles les plus touchées ne le sont qu'à 15 %, a précisé la source gouvernementale. Selon le gouvernement, "les faits ne permettent ni d'affirmer ni de démontrer" que la maladie touche plus les cultures de betteraves en conventionnel qu'en culture biologique, comme l'affirment des organisations environnementales, en raison notamment des trop faibles surfaces cultivées en bio en France (0,5 % du total des plantations) et de l'hétérogénéité du territoire. "Quand bien même, les cultures biologiques montreraient plus de résistance à cette maladie, il ne peut s'agir d'une réponse à court terme à la jaunisse, car la transition des agriculteurs vers le bio prend beaucoup de temps", a indiqué une source gouvernementale.

La ré-autorisation sera accompagnée d'une série de mesures, comme le déclenchement d'un budget de 5 millions d'euros majoritairement destiné à l'Institut de recherche agronomique Inrae afin d'accélérer la recherche de solutions permettant d'éviter l'utilisation de ces néonicotinoïdes, ainsi qu'un dispositif d'indemnisation des agriculteurs touchés et la mise en place d'ici la fin de l'année d'un plan de protection des pollinisateurs.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique «  L’écologie dans nos assiettes  ». 

Au sommaire :  tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable ! 

Pour en savoir plus  et commander votre guide,  c’est par ici. 

 Merci ! #TousActeurs.