Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Climat : aux côtés de Pierre Larrouturou, des citoyens s’associent à sa grève de la faim

Au Parlement européen de Bruxelles, Pierre Larrouturou a démarré une grève de la faim le 28 octobre 2020.
Kenzo TRIBOUILLARD/AFP

Après trois semaines de grève de la faim à Bruxelles, l’eurodéputé français Pierre Larrouturou est désormais soutenu par plusieurs citoyens qui lui emboîtent le pas. Ils réclament un budget européen plus conséquent pour soutenir le climat, la santé et l’emploi. Il vient d’annoncer mettre un terme à cette initiative ce samedi 14 novembre. 

Le 28 octobre dernier, l’eurodéputé Pierre Larrouturou, fondateur du parti Nouvelle Donne, a annoncé qu’il entamait une grève de la faim à Bruxelles dans les locaux du Parlement européen. Sa revendication : obtenir un renforcement du budget de l’Union en faveur du climat, de la santé et de l’emploi. Au terme de trois semaines de jeûne, plusieurs citoyens français le suivent dans son combat. Il a annoncé samedi 14 novembre en fin de journée mettre un terme à cette initiative.

Une douzaine de grévistes supplémentaires

En l’espace de 48 heures à peine, la page Facebook du député a attiré quelque deux millions de personnes pour suivre l’évolution de cette grève de la faim au nom du climat. Selon Libération, une douzaine de Français ont décidé de suivre la marche et en arrêtant de s’alimenter. Pierre Larrouturrou, élu à Bruxelles depuis 2019 et rapporteur du budget 2021, assure quant à lui avoir perdu près de "dix kilos" ces trois dernières semaines.

Quelles sont les revendications ? 

Malgré ces quelques kilos en moins sur la balance, l'eurodéputé n'entend pas lever le pied. Et ce, en dépit de l'accord trouvé mardi dernier entre le Parlement et les Etats membres (le Conseil) sur le budget 2021-2027. Le but de l'opération est en effet d'alerter sur le bras de fer qui se joue entre les deux parties. Ce 10 novembre, une enveloppe de 16 milliards d'euros supplémentaires a été décidée, trop peu pour le gréviste. "C’est positif d’avoir obtenu 16 milliards, mais c’est sur sept ans, et si on consacre 30 % du budget au climat, où est-ce qu’on coupe pour y parvenir ?", a-t-il déclaré auprès de l'AFP.

Pierre Larrouturou réclame l'établissement d'une taxe sur les transactions financières (TTF), qui permettrait selon lui de rapporter jusqu'à 57 milliards d'euros par an. De quoi soutenir le climat, la santé et le "Pacte vert" européen

Les conclusions des négociations sont donc loin de le satisfaire et l'eurodéputé s'en remet désormais à un prochain sommet prévu en décembre où devra être fixée l'ambition climatique de l'Union. Pierre Larrouturou espère "un geste" de Berlin et Paris alors qu'Angela Merkel et Emmanuel Macron discutent actuellement d'une éventuelle TTF européenne. "On continue de mettre la pression", a-t-il insisté, revendiquant le soutien d’ONG et de figures comme le moine bouddhiste Matthieu Ricard. 

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « La transition écologique Made in France ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs