Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

À Marseille, un fonds pour financer des projets verts en Méditerranée

©blue caterpillar/Shutterstock

Electrification des ports, restauration de zones humides, lutte contre la pollution plastique: la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur a détaillé mardi à Marseille les modalités de déploiement d'un fonds d'investissement d'un milliard d'euros destiné à financer des projets locaux d'infrastructures vertes en Méditerranée.

Cet outil de financement, le "Pliff" (pour "PAMEx Local Investment Finance Facility"), s'inscrit dans le cadre du Plan d'action pour une Méditerranée exemplaire 2030 (PAMEx 2030) lancé en septembre 2021 par le président français Emmanuel Macron. Il sera abondé à la fois par des capitaux publics et privés et son secrétariat sera basé à Marseille. "Le PAMEx est une coalition d'Etats volontaires qui vise à lancer des actions, des opérations concrètes, pour avoir un maximum d'impact", notamment "à travers des outils comme le Pliff", plus "souples", a expliqué Karim Amellal, délégué interministériel à la Méditerranée.

Des organisations internationales, à l'instar du Programme des Nations Unies pour le développement, des banques publiques d'investissement telles l'Agence française de développement (AFD) et son homologue espagnole (AECID), mais aussi des collectivités territoriales, des ONG et des gestionnaires de fonds font partie de ce vaste consortium. Le Pliff "vise à financer des actions locales sur un certain nombre de sujets liés au changement climatique, à la détérioration de la biodiversité", a précisé M. Amellal lors d'un congrès consacré à l'adaptation au réchauffement climatique en Méditerranée.

Ce seront "des projets d'électrification des ports, d'assainissement, de gestion de déchets, d'énergies renouvelables", qui mobilisent chacun "entre 20 et 30 millions" en moyenne, a détaillé Christophe Nuttall, fondateur de l'ONG R20, qui coordonne l'ensemble des acteurs de ce dispositif lancé à l'initiative de la région Paca.

Plusieurs axes en développement

Il faut "redoubler d'efforts pour la protection de la biodiversité marine et côtière" sous pression en Méditerranée, alors que "500 millions de touristes vont arriver d'ici 2030" dans la zone, a rappelé Elisabeth Chouraki, coordinatrice du PAMEx 2030, soulignant que "l'objectif du développement durable qui porte sur la biodiversité marine est celui qui est aujourd'hui le moins financé". Autre axe essentiel, selon elle: "le verdissement du transport maritime" via "l'électrification à quai mais aussi le développement de carburants alternatifs", alors que la Méditerranée concentre "25% du transport maritime".

Selon un rapport des Nations Unies publié jeudi, les investissements en faveur de solutions inspirées de la nature doivent plus que doubler d'ici 2025 pour atteindre les objectifs centraux en matière de climat et de biodiversité. Et le secteur privé doit considérablement augmenter sa participation, les gouvernements contribuant actuellement à hauteur de 83% au financement de ces solutions.

Avec AFP.