Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

L’accès à la santé, une priorité

©sfam_photo/Shutterstock

"Les inégalités en matière de services de santé sont à l’origine des écarts d’espérance de vie" annonçait l’OMS en 2019.

Des inégalités d'accès aux vaccins, aux difficultés croissantes de fonctionnement des systèmes de santé engendrés notamment par une pénurie de soignants, la crise sanitaire a mis en lumière les inégalités grandissantes d’accès à la santé et ses impacts en chaîne. La santé des populations à l’échelle mondiale semble donc reposer sur cet enjeu aux multiples facettes. Pendant plusieurs mois, les équipes de La Financière de l'Echiquier (LFDE) ont analysé ce sujet qui s’avère également être un thème d’investissement prometteur pour les investisseurs à impact que nous sommes.

8 500 milliards de dollars par an, c’est le montant des dépenses de santé dans le monde, un chiffre qui a doublé en 20 ans.

Quelles sont les raisons sous-jacentes à ces difficultés d’accès à la santé ? Quelles sont les solutions pour lever les freins ? Nous avons essayé de répondre à ces questions au cours de nos recherches.

Des raisons géographiques

L’accessibilité géographique est une dimension phare de l’accès à la santé. Dans le monde, on estime que 646 millions de personnes n’ont pas accès à un centre de santé à moins d’une heure de leur domicile[1]. Ce constat est d’autant plus dramatique que certaines pathologies nécessitent un suivi médical rapproché. Parmi les solutions identifiées, la télémédecine et ses technologies associées, qui apportent une réponse aux déserts médicaux et offrent une prise en charge plus rapide des personnes isolées.

Des raisons financières

8 500 milliards de dollars par an, c’est le montant des dépenses de santé dans le monde, un chiffre qui a doublé en 20 ans[2]. Ces coûts pèsent à la fois sur les systèmes de santé des Etats et sur la capacité financière des patients avec des impacts négatifs sur l’accès aux soins. Aux Etats-Unis, 33% de la population adulte sont incapables de suivre les soins recommandés ou de réaliser une consultation, pour des raisons financières[3]. Face à cet enjeu, les entreprises innovent pour améliorer l’accessibilité financière des soins. C’est le cas, par exemple, des technologies de diagnostic in vitro qui ne représentent que 2 à 3% des dépenses de santé mondiales[4] mais dont dépend la majorité des décisions médicales permettant par leur précision de réduire les délais de prise en charge et les durées d’hospitalisation.

37% des Français n’ont pas confiance dans le système de santé pour leur fournir le meilleur traitement.

Une question de disponibilité

L’Europe fait face à un déficit d’un million de travailleurs dans le secteur de la santé[5]. Cette pénurie de soignants fragilise la capacité de prise en charge. L’enjeu de disponibilité concerne également les traitements. 300 millions de personnes à travers le monde sont touchées par une maladie qui ne dispose pas de traitement à l’heure actuelle[6]. Les entreprises se mobilisent pour répondre à ce double défi en développant notamment des logiciels permettant un gain de temps aux soignants ainsi que des médicaments biologiques innovants à destination de maladies non couvertes comme les maladies orphelines ou certains cancers.

Par manque de confiance

Le dernier enjeu identifié est celui de l’acceptabilité des traitements. 37% des Français n’ont par exemple pas confiance dans le système de santé pour leur fournir le meilleur traitement[7]. Cette défiance peut être liée à différents facteurs comme l’inquiétude sur la qualité des soins liée à des scandales médiatiques, ou le caractère douloureux de certains traitements. L’amélioration de la confiance des patients dans la qualité des soins est également source d’innovation pour les entreprises, en particulier celles développant des dispositifs médicaux novateurs à l’image des pompes à insuline sans fil, contribuant à l’amélioration du confort et l’adoption des traitements.

Grâce à sa méthodologie propriétaire, ce sont ces quatre dimensions, alignées sur les enjeux d’accès à la santé définis par l’OMS, que LFDE entend couvrir. Des défis à relever autant que des opportunités d’investissement que nous comptons saisir au sein de notre nouveau fonds à impact social : Echiquier Health Impact for All[8].

______________

1 Nature Medicine, 2020

OMS, 2019

CommonWealth Fund, 2016

In Vitro Diagnosis Market Size, Share & Covid-19 Impact Analysis, 2021

Commission européenne

European Journal of Human Genetics, 2019

Statista, 2021

Le fonds présente principalement un risque de perte en capital, risque action, risque lié à l'investissement dans des actions de petites et moyennes capitalisations, risque de change, risque de gestion discrétionnaire.

Disclaimer : Pour plus d’informations sur les caractéristiques, les risques et les frais de ce fonds, et avant tout investissement, nous vous invitons à lire les documents réglementaires disponibles sur notre site internet www.lfde.com.

Par Coline Pavot, Responsable de la Recherche Investissement Responsable, La Financière de l’Echiquier (LFDE)