Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

La guerre en Ukraine "véritable catalyseur de la transition énergétique"

© PATRICK PLEUL / dpa-Zentralbild / dpa Picture-Alliance / AFP

À l’occasion d’une conférence de presse, Edmond de Rotschild Asset Management est revenu sur les grands enjeux actuels entourant la transition énergétique.

La guerre en Ukraine a rebattu les cartes. Alors que les prix des énergies fossiles n’ont cessé d’augmenter après "la mise en place des sanctions anti-Moscou", de nombreux investisseurs préconisent un changement de paradigme. C’est dans ce contexte qu’Edmond de Rotschild Asset Management (EDRAM) a organisé une conférence de presse autour du thème de la transition énergétique mercredi 22 juin.

Afin de favoriser le "changement", la société de gestion prône les énergies renouvelables, qui représentent 39 % des portefeuilles de dette d'infrastructure. S’engageant à rejoindre l'initiative Net Zero Asset Managers (un groupe international de gestionnaires d’actifs qui s'engagent à soutenir l'objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050) avant la fin de l’année, EDRAM souligne également que 84 % des actifs de ses fonds ouverts "relèvent actuellement des articles 8 et 9 du règlement SFDR".

Un projet de chaudière biomasse

EDRAM est également revenu sur un investissement réalisé début juin dans une chaudière biomasse de cogénération. Un projet réalisé en partenariat avec PEARL Infrastructure Capital, membre partenaire d’Edmond de Rothschild Private Equity, mais aussi Norske Skog Golbey, Green Valley Energie et Veolia, qui sera le plus grand de ce type en France. Comme le précise Norske Skog Golbey sur son site internet, cette unité de cogénération permettra de produire "200 GWh d’électricité propre, équivalent de la consommation de 13 000 foyers, qui seront injectés sur le réseau électrique national" et prendra la forme "d’une dette obligataire de 150 millions d’euros".