Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

Obligations vertes : accusé de greenwashing, le géant de la viande JBS attaqué en justice

Le géant brésilien de la viande JBS a fait l’objet d’une plainte pour obligations vertes "trompeuses et frauduleuses".
CARL DE SOUZA/AFP

L'entreprise brésilienne JBS a fait l’objet d’une plainte pour obligations vertes "trompeuses et frauduleuses".

ONG œuvrant pour la protection des forêts tropicales, des océans et du climat, Mighty Earth a déposé une plainte auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) contre JBS. Le producteur brésilien de viande est accusé d’avoir émis des obligations vertes "trompeuses et frauduleuses".

Comme le rapporte Novethic, JBS a émis 3,2 milliards de dollars en quatre obligations vertes qui devaient lui permettre de réduire ses émissions pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2040. Toutefois, Mighty Earth relève dans sa plainte que les émissions de JBS n’ont fait "qu’augmenter ces dernières années". L’ONG ajoute que le géant brésilien n’a pas pris en compte ses émissions de Scope 3, qui représentent pourtant plus de 97 % de son empreinte climatique.

Les entreprises ne devraient tout simplement pas être en mesure d'ignorer l'impact environnemental de 97 % de leurs activités, puis de se présenter comme vertes.

De "fausses promesses"

En outre, Mighty Earth révèle que l’entreprise a omis de communiquer aux investisseurs "des informations essentielles" sur le nombre réel d'animaux qu'elle abat chaque année, "privant ainsi les investisseurs américains d'informations vitales pour prendre des décisions en toute connaissance de cause".

"JBS a séduit les investisseurs avec des promesses de durabilité, mais ces promesses n'avaient pratiquement rien à voir avec le réel impact climatique de JBS. Les entreprises ne devraient tout simplement pas être en mesure d'ignorer l'impact environnemental de 97 % de leurs activités, puis se présenter comme vertes", affirme Glenn Hurowitz, PDG de Mighty Earth. "Le fait que cette entreprise de viande, sans doute responsable de plus de pollution climatique et de déforestation que n'importe quelle autre dans le monde, ait pu lever 3,2 milliards de dollars par le biais d'obligations vertes témoigne de l'absence totale de contrôle dans le monde de l'investissement ESG."