Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Tour de France 2021 : Rennes n'y participe pas par conviction écologique

Pour préserver l'environnement, Rennes a refusé d'accueillir le Tour de France qu'elle trouve trop polluant.
©Radu Razvan/Shutterstock

Le départ du Tour de France ne se fera pas à Rennes l'année prochaine. Pour préserver l'environnement, la ville a refusé d'accueillir la boucle, car elle la juge trop polluante.

Après avoir été décalé d'un mois, le départ du Tour de France s'élance aujourd'hui de Nice. Mais c'est l'édition de 2021 qui fait parler d'elle, car Rennes, ville sollicitée pour accueillir le départ, a décidé de ne pas y participer par conviction écologique. C'est donc de la ville de Brest que partirons les cyclistes.

Des tonnes de déchets générées

Les élus écologistes de la majorité municipale sont les premiers à se réjouir de cette décision. Pour eux, le Tour de France engrange une quantité de déchets trop importante qui n'est pas toujours bien gérée par les organisateurs de la course. Dans une interview réalisée par France Bleu en 2019, Amaury Sport Organisation (ASO), la société organisatrice du Tour, a d'ailleurs indiqué que trois tonnes de déchets sont annuellement collectées dans chaque ville-étape. Ce qui peut s'expliquer avec les 18 millions de "goodies", - cadeaux en tout genre, alimentaires ou non - donnés aux spectateurs aux abords des routes par la caravane publicitaire du Tour. ASO certifie s'engager à recycler au moins la moitié des déchets et précise que depuis cinq ans, elle travaille à réduire le plastique dans les cadeaux offerts par les marques. Mais malgré cela, un autre problème est pointé du doigt : celui de l'empreinte carbone.

Pollution atmosphérique et économique

Chaque cycliste est accompagné d'une équipe qui la suit en camion, voiture ou à moto. Et en plus de leur staff, il faut ajouter les spectateurs qui viennent en nombre les applaudir… En voitures bien souvent. De quoi faire augmenter l'empreinte carbone du Tour. Et si quelques voitures hybrides et 100 % électriques des organisateurs sont médiatisées de temps en temps, elles sont encore trop peu nombreuses. Mais ce n'est pas l'unique raison qui a poussé la ville de Rennes à décliner l'accueil. Sa décision est également influencée par l'aspect financier que le Tour implique. Il y aurait trop de dépenses et pas assez de retombées. La ville d'accueil doit débourser près de 700 000 € pour la course dont la quasi-totalité est reversée à la société organisatrice. Dans un communiqué publié sur le site Internet du groupe Europe Écologie Les Verts (EELV) de Rennes, la crise sanitaire de la Covid-19 et les difficultés économiques et sociales qu'elle a entraînées pour les finances publiques sont mises en avant. "L’argent public devient d’autant plus précieux qu’il devra, de notre point de vue, soutenir avant tout les plus fragiles, les entreprises locales, les acteurs culturels locaux", peut-on notamment lire. Les Verts précisent également que le Tour de France ne change rien à leur conviction : en ville, il faut développer les déplacements à vélo au quotidien !

Et fait insolite, si la ville de Rennes ne va pas accueil le Grand départ du Tour de France en 2021, une autre course à vélo aura lieu en septembre : une Cyclonudista, manifestation écologique et naturiste à vélo pour défendre le droit des cyclistes. C'est en tout cas ce que rapporte le quotidien régional de Bretagne Le Télégramme.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.