Question de la semaine

Partir en vacances et respecter l’environnement : inconciliables ?

© Gary Reinwald/Shutterstock

En ce début de semaine, la rédaction a sollicité à nouveau votre avis en ce qui concerne, cette fois-ci, votre empreinte écologique dès lors que vous partez en vacances.

"Pique-niquer en zéro déchet. Circuler, dans la mesure du possible, à pieds ou à vélo". Des solutions parmi tant d’autres que nous indiquent l’une de nos lectrices. Cette semaine, la rédaction d’ID vous a demandé votre avis sur la question : "Faites-vous attention à votre empreinte écologique pendant vos vacances ?". Avec environ 70 votants et 4 choix de réponses possible, une majorité d’entre vous (81 %) a répondu : "Oui, comme toute l’année d’ailleurs" (résultats à date de publication d’article).

Faites-vous attention à votre empreinte écologique pendant vos vacances ?

Choix

Voyage et environnement

Selon une étude de Travelzoo réalisée auprès de 1001 membres du site, il est possible de constater que les habitudes des Français en vacances évoluent face aux questions environnementales. Même si les actions en ce sens restent toujours un peu timides, 9 français sur 10 se déclarent prêts à utiliser un mode de transport plus respectueux de l’environnement. L’objectif étant de limiter les long trajets en avion ou en bateau de croisière, qui émettent tout deux beaucoup de Co2, et de privilégier, au possible, le train, le bus ou encore le covoiturage. Une fois sur place, l’utilisation du vélo ou le simple fait de marcher est à préconiser afin de réduire son impact environnemental. 38 % de ces voyageurs privilégient le "voyager-local" selon l’étude.

84 % des voyageurs français ayant fait le choix de réduire leur impact privilégient des activités compatibles avec l’écologie, selon une étude du cabinet Protourisme. 71,2 % ont également fait le choix d’un hébergement plus écologique. Enfin, 900 000 personnes auraient refusé de partir à l’étranger cet été et 200 000 auraient renoncé à prendre l’avion.

Éco-tourisme

Choisir ses vacances, pour 56 % des Français, c’est aussi éviter le tourisme de masse (abondance de touristes, plages surpeuplées, etc…) d’après l’étude de Travelzoo. Le tourisme de masse étant lié au désastre écologique dans la conscience collective, réduire les endroits à forte influence tels que Venise ou Amsterdam permet, à son échelle, de préserver la faune et la flore ainsi que d’éviter de continuer à encombrer des villes déjà qualifiées d’invivables durant l’été.

Les vacanciers français se sensibilisent de plus en plus quant à l’impact que cela peut causer dans le choix de leurs destinations : selon l’étude, 7 Français sur 10 se sentent fortement concernés par la préservation de la planète. Et parmi eux, 36 % considèrent la protection de l’environnement comme la préoccupation majeure de ces prochaines années.

Des vacances aux coûts plus élevés ?

En revanche, toujours d’après l’étude du cabinet Protourisme, 70 % des voyageurs français ne seraient pas prêts à débourser 5 % de plus pour leurs vacances en plus afin de s’assurer qu’elles soient éco-responsables. Et selon Travelzoo, même si 9 Français sur 10 se déclarent prêts à utiliser des moyens plus écologiques, seuls 28 % continueraient sur cette voie si cela implique une taxe supplémentaire.

Il existe pourtant des moyens de voyager tout en faisant attention à son empreinte écologique, via le choix de de destinations responsables, l'adoption de quelques bons réflexes ou encore une valise bien pensée

L’avis des lecteurs

L’une de nos lectrices n’a pas hésité à proposer des solutions : "Ça dépend du type de vacances (location/hôtel/camping), de la destination (France ou étranger…) mais il y a plein de choses possible : prendre une gourde, se rapprocher des producteurs locaux, circuler à vélo, faire des activités nature". Une lectrice pointe le fait de "consommer local et de saison" ainsi que d’"utiliser un maximum le vélo et les jambes (dans la mesure du possible bien sur…)". Enfin, d’autres avis de votre part conseillent de "tester les shampoings et savons solides, prendre une crème solaire qui ne détruit pas les coraux" ou adressent la question de l’alimentation : "Ça peut sembler compliqué mais en fait c’est assez simple si on privilégie 2 sources d’approvisionnement : les marchés et les magasins de vrac".

Concernant vos autres réponses, 15 % d’entre vous ont répondu : "Oui, tant que ça ne me coûte pas trop cher", et 1 % : "Non pas spécialement, je laisse l’écologie de côté quand je pars en vacances". Et enfin, 3 % "n’y prêtent pas attention".

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail.

Si vous avez une minute et au moins 1€, cliquez ici, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.