Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Nobel de physique : une première pour la science climatique

Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann et Giorgio Parisi ont reçu le prix Nobel de physique 2021
©Jonathan NACKSTRAND/AFP

C'est la bonne nouvelle de la semaine. Le prix Nobel de physique 2021 a été attribué à Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann et Giorgio Parisi, dont les travaux ont notamment démontré l’impact humain sur le changement climatique. 

À l’heure où le changement climatique est devenu une priorité mondiale, le prix Nobel de physique 2021 vient récompenser des travaux qui ont eu une importance majeure pour comprendre le phénomène. Ce mardi 5 octobre, Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann ainsi que Girgio Parisi ont reçu le célèbre prix de la part du comité Nobel. Manabe et Hasselmann ont notamment axé leurs recherches sur "la modélisation physique du climat terrestre, la quantification de la variabilité et la fiabilité de la prédiction du réchauffement planétaire".

"Ils ont jeté les bases de notre connaissance du climat de la Terre et de la manière dont l'humanité l’influence", explique le communiqué du comité Nobel.

Près de 50 ans de recherches sur le changement climatique

Le prix Nobel 2021 vient récompenser le résultat de près de cinquante ans de recherches sur le changement climatique. C’est dans les années 1960 que Manabe, chercheur à l'université Princeton, crée la première modélisation numérique pour présenter le climat de la Terre. Ses conclusions prémonitoires avancent qu’au rythme de l’époque, la pollution au CO2 entrainerait une hausse de la température moyenne de la Terre de 2,3 degrés Celsius à la fin du siècle. 

"Le climat de la Terre est un système complexe d'une importance vitale pour l'humanité", déclare le comité Nobel. "Syukuro Manabe a démontré comment l'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère entraîne une augmentation des températures à la surface de la Terre."

Hasselmann a quant à lui créé un modèle inspiré de celui de Manabe pour prouver les liens entre climat et météorologie. Il est le premier à affirmer le lien entre activité humaine et émissions de CO2. Les travaux de ces chercheurs ont ensuite inspiré de nombreux modèles prédictifs, désormais de plus en plus utilisés dans les domaines scientifiques, comme par exemple ceux sur la pandémie de Covid-19 de l’Institut Pasteur.

"Les découvertes reconnues cette année démontrent que notre connaissance du climat repose sur un socle scientifique solide, basé sur une analyse rigoureuse des observations. Les lauréats de cette année nous ont tous aidés à mieux comprendre les propriétés et l'évolution des systèmes physiques complexes", a déclaré Thors Hans Hansson, président du comité Nobel de physique dans le communiqué.

Une reconnaissance importante dans un contexte d’urgence climatique

Avec cette récompense, c’est la première fois depuis 1995 et des recherches sur le trou de la couche d'ozone en chimie qu'un Nobel scientifique est remis à des travaux directement liés au changement climatique. Ces dernières années, l'enjeu climatique a gagné en reconnaissance. 

L’ancien vice-président Américain Al Gore et les scientifiques du Giec ont ainsi reçu le prix Nobel de la paix en 2007 pour leurs efforts de sensibilisation à la question climatique. En 2018, ce sont les économistes américains William Nordhaus et Paul Romer qui ont reçu le Nobel d’économie pour leurs recherches sur l’intégration du changement climatique dans la croissance économique

Alors que la COP26 se déroule dans moins d’un mois à Glasgow, cette récompense pourrait avoir un poids dans les consciences politiques.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.