Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Les Français ont foi en la science pour résoudre la crise écologique, selon une étude

©Photolink/shutterstock

Selon la cinquième édition de l’étude annuelle SOSI (State of Science Index) du groupe 3M, la foi en la science des Français demeure élevée. Ces derniers, plus que les autres peuples sondés, estiment que la science doit jouer un rôle moteur dans la résolution de la crise environnementale.

Menée pour 3M par un institut de sondage indépendant par entretiens en ligne et hors ligne, l’étude représentative des populations à l’échelle nationale concernait 17 pays dont la France, la Chine, les États-Unis ou encore le Brésil. Elle interrogeait les sondés sur leur rapport à la science au prisme de la crise sanitaire actuelle, mais aussi de la crise environnementale qui semble aujourd’hui amorcée. Dans ce contexte troublé et incertain, la science semble toujours porteuse d’espoir, ce que déclarent quelque 79% des Français. 

Des préoccupations environnementales citées dans l’étude, c’est la pollution plastique des océans qui est la plus saillante chez les répondants français (69%), suivie de près par le changement climatique (68%). Sur ce point, l’inquiétude est encore plus forte chez les adultes de la génération Z (76 %), les millenials. Viennent ensuite la multiplication des catastrophes naturelles (66), la pollution de l'air (62% contre 68% au niveau mondial) et l'approvisionnement en eau potable (56% contre 64% au niveau mondial). Et sur la pollution plastique, la France semble faire figure d’exception par rapport aux autres pays interrogés. Parmi les problèmes prioritaires à résoudre par la science, les habitants de l'Hexagone placent en effet la pollution plastique (52% contre 41% dans le monde) devant le Covid-19 (48% contre 51% dans le monde).

Maintenir la confiance à son plus haut niveau

La dimension internationale des solutions à apporter semble également relever de la nécessité, devant l’ampleur des défis à venir et leur caractère global qui rend obsolète le « chacun pour soi ». Près de 9 Français sur 10 (89%) estiment que les États devraient « davantage coopérer pour concevoir des solutions scientifiques afin de résoudre les grands défis auxquels les populations sont confrontées », comme de potentielles pandémies à venir et, bien sûr, le changement climatique.

Si la problématique scientifique peut sembler imposée dans la lecture des résultats, 3M, dont le slogan est « science applied to life », souligne tout de même la nécessité d’affecter la science à des applications concrètes et vertueuses. « Il sera important de maintenir [la confiance en la science] à son plus haut niveau pour répondre aux défis qui vont bien au-delà de la santé comme les questions environnementales ou encore l’accès équitable aux carrières scientifiques. Sur ces points, la jeune génération parait d’ailleurs plus engagée que ses ainées », estime Alain Simonnet, vice-président de 3M pour la Région Méditerranée de l’Ouest, dans un communiqué.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire :  tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.