Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Le projet Montagne d'or en l'état "pas compatible" avec l'environnement, estime Macron

Le site de la Montagne d'Or se trouve à 180 km à l'ouest de Cayenne - vue aérienne du site en 2017.
©Jody AMIET/AFP

Le projet controversé d'extraction d'or en Guyane "Montagne d'or" n'est en l'état "pas compatible" avec des ambitions écologiques, a souligné lundi 6 mai Emmanuel Macron.

"De manière très claire aujourd'hui, l'état de l'art du projet ne le rend pas compatible avec une ambition écologique et en matière de biodiversité", a déclaré le président en présentant une série de mesures pour protéger la biodiversité en réponse à un rapport alarmant de l'ONU.

"Il y aura une évaluation complète pour le prochain conseil de défense sur ce sujet et une décision formelle et définitive sera prise, en concertation avec le territoire", a-t-il ajouté. Montagne d'Or, le plus important projet de mine d'or à ciel ouvert français, à l'étude en Guyane, prévoit l'exploitation d'une mine de 2,5 km de long, à partir de 2022, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, en forêt tropicale, via un procédé de récupération de l'or par cyanuration en circuit fermé. Le chef de l'Etat avait déjà jugé le 1er février que le projet n'était "pas au meilleur niveau" en matière de respect de l'environnement.

Soutenu par le patronat local et une partie des élus, le projet est combattu par les associations de défense de l'environnement et les organisations amérindiennes de Guyane.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy, qui avait annoncé en février que le gouvernement prendrait position sur le sujet d'ici l'été, doit se rendre sur place en juin pour discuter avec les acteurs.

Il avait lui-aussi souligné en avril sur BFMTV que le projet ne rentrait "pas dans nos standards environnementaux". "Aujourd'hui, le projet de Montagne d'Or n'est pas déposé. Mais s'ils demandaient une autorisation en l'état, de toute façon ils ne l'auraient pas sur les bases qu'ils ont données aujourd'hui", avait-il ajouté.

Avec AFP.