Environnement

Montagne d'or : François de Rugy plaide une réforme du "code minier"

Le site de la Montagne d'Or se trouve à 180 km à l'ouest de Cayenne - vue aérienne du site en 2017.
©Jody AMIET/AFP

Le ministre de la Transition écologique a plaidé mardi sur BFMTV pour une réforme des règles d'attribution des grands projets miniers comme celui de Montagne d'Or en Guyane, qui peuvent "se jouer d'un droit obsolète".

"On a aujourd'hui un code minier, qui ne date même pas du XXe siècle mais du XIXe siècle, d'une époque qui n'a plus rien à voir. Donc je vais réformer", a déclaré François de Rugy.

"Ce que je veux, c'est que ces consortiums miniers internationaux ne puissent pas se jouer d'un droit complètement obsolète, et donc je veux réformer les règles qui permettent d'attribuer ou pas des projets", a-t-il ajouté, assurant qu'il ne serait "pas trop tard" pour le projet Montagne d'or, qui "n'est pas déposé".

Mais "il faudra évidemment que le Parlement puisse voter ces nouvelles règles le plus rapidement possible".

Montagne d'Or, le plus important projet de mine d'or à ciel ouvert français, à l'étude en Guyane, prévoit l'exploitation d'une mine de 2,5 km de long, à partir de 2022, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, en forêt tropicale, via un procédé de récupération de l'or par cyanuration en circuit fermé.

Soutenu par le patronat local et une partie des élus, le projet est combattu par les associations de défense de l'environnement et les organisations amérindiennes de Guyane.

François de Rugy, qui avait indiqué en février que le gouvernement prendrait position sur le projet d'ici l'été, a annoncé qu'il se rendrait en Guyane en juin "pour pouvoir voir sur place avec les acteurs".

"Ce projet, il ne rentre pas dans nos standards environnementaux", a-t-il insisté sur BFMTV. "Aujourd'hui, le projet de Montagne d'Or n'est pas déposé. Mais s'ils demandaient une autorisation en l'état, de toute façon ils ne l'auraient pas sur les bases qu'ils ont données aujourd'hui".

Avec AFP.