Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Chronique

Une montagne d'or en perspective

Le site de la Montagne d'Or se trouve à 180 km à l'ouest de Cayenne - vue aérienne du site en 2017.
©Jody AMIET/AFP

Le nom résonne comme une promesse : "la Montagne d'or" ! De quoi aiguiser l'appétit des spéculateurs en quête d’opération féconde. Sauf que la montagne en question est située en pleine forêt de Guyane Française et que l'extraction des pépites déstabiliserait l'une des plus belles cathédrales de la biodiversité. Un comité scientifique international s'est même constitué pour en appeler à la raison du Président Macron qui est … favorable au projet. De quoi s'agit il ?

Un consortium russo-canadien se propose d'exploiter le site en créant une fosse de 2 km de long, 400 mètres de large et 200 à 400 mètres de profondeur. Cette saignée, en pleine nature, nécessiterait 10 tonnes de cyanure et 20 tonnes d'explosifs par jour pour extraire environ 20 kg d'or, tout en rejetant 80 000 tonnes de déchets miniers quotidiennement. Un sacré feu d'artifice dont les résultats économiques s’apparentent à un mirage, soulignent les associations opposées au projet. De fait, le consortium espère gagner plus de 3,5 milliards d'euros en 12 ans, tandis que 2 % seulement iraient à la Guyane sous forme de taxes et d’impôts, soit quelque 308 millions d'euros.

Risques pour la biodiversité

A cette perspective, il faut ajouter que le gouvernement français serait obligé de soutenir l'investissement en mettant 420 millions d'aides publiques sur la table. Le compte n'y est pas. Il n'est pas davantage pertinent lorsque l’on imagine les effets produits sur la biodiversité. Le site retenu est désigné "forêts reliques" par les biologistes pour en souligner la fragilité et la richesse. Situé à moins de 500 mètres de deux réserves biologiques intégrales, il entraînera une évidente fragmentation du milieu naturel et générera des détonations quotidiennes associées à la poussière, ce qui ne devraient pas satisfaire la quiétude de la faune locale. Au hasard du dossier, on note également la nécessité de créer un nouveau barrage hydroélectrique pour répondre aux besoins énergétiques de la mine, le stockage de 350 millions de tonnes de déchets, le gel de 400 hectares et autres petits aménagements entre amis. Avec Notre Dame des Landes et la question nucléaire, le projet "Montagne d'or" en Guyane faisait partie des dossiers non négociables par Nicolas Hulot. À voir..