Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Le Finistère ferme plusieurs plages pour la reproduction des oiseaux

Dans le Finistère, de nombreuses espèces protégées d’oiseaux se sont installées sur les plages afin de mener à bien leur reproduction.
©FRED TANNEAU / AFP

Dans le Finistère, de nombreuses espèces protégées d’oiseaux se sont installées sur les plages afin de mener à bien leur reproduction. Alors que le déconfinement entraîne inexorablement un retour de l’Homme sur les sentiers côtiers, plusieurs communes ont restreint l’accès à leur plage pour protéger les volatiles. 

S’il a condamné les citoyens à rester enfermés pendant plusieurs semaines, le confinement a néanmoins permis à bon nombre d’espèces animales d’investir des lieux dans lesquels ils ne trouvaient d’ordinaire pas de tranquillité. C’est notamment le cas dans le Finistère : plusieurs espèces protégées d’oiseaux ont profité de la crise sanitaire pour prendre leurs quartier sur les chemins et les plages du département afin d’y confectionner leur nid. 

Lors d’une conférence de presse à Carantec, en Bretagne, la préfecture a annoncé vouloir continuer à protéger ces espèces. Ainsi, plusieurs communes du Finistère ont limité l’accès aux sites côtiers afin que les oiseaux installés pendant le confinement puissent mener leur reproduction à son terme.

[À LA UNE À 18H] - Plusieurs communes du Finistère ont restreint l'accès à certains sites côtiers pour permettre aux oiseaux protégés qui se sont installés pendant le confinement de mener leur reproduction à terme, a annoncé la préfecture #AFP (5/5) pic.twitter.com/7lZgsKJQWl

— Agence France-Presse (@afpfr) June 5, 2020

Alors que l’île Louët et l’île Noire sont fermées depuis le 3 juin dernier, ce sont également deux plages et deux îles qui demeurent désormais interdites du côté de la baie de Morlaix. "C’est la première fois qu’on ferme l’accès à ces îles. Il s’agit de protéger le bénéfice de cette période de confinement", déclare Gilbert Manciet, sous-préfet de Morlaix dans les colonnes de l’AFP. Une décision exceptionnelle prise afin de préserver, entre autres, les nids de gravelots à collier interrompu, ceux de faucons pèlerins ou encore la quinzaine de nids d’aigrettes gazettes, tous observées dans la région.

Valable jusqu’au 15 juin dans un premier temps, l’interdiction pourrait néanmoins être prolongée jusqu’à la fin du mois selon la préfecture. Si plusieurs communes se sont déjà mobilisées pour assurer la protection des oiseaux, d’autres pourraient potentiellement suivre l’exemple. "Ce n'est pas exhaustif et surtout pas définitif, il est possible que d'autres secteurs viennent compléter la liste" explique, à ce propos, la préfecture du Finistère à l’AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.