Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Dix animaux à découvrir chez soi

On peut observer de nombreux animaux dans les maisons ou à proximité.
© Antranias / Pixabay

Les vacances sont finies ? Pas d’inquiétude, il existe un florilège d’animaux à découvrir près de chez soi, en France. Que l’on habite à la campagne ou en ville, la biodiversité est partout autour des habitations … et même parfois à l’intérieur !

Pas la peine d’aller bien loin pour découvrir les richesses de la nature. Greniers, jardins, balcons, vergers, caves … on peut observer une multitude d’animaux sauvages chez soi ou à proximité. Outre les moustiques, mouches, pucerons ou souris – très communs – il existe de nombreuses espèces moins connues à découvrir chez soi. ID vous propose de découvrir dix animaux de nos maisons parmi les plus facilement identifiables.

L’hirondelle rustique

A la campagne, elles se rassemblent en ce moment sur les fils électriques pour préparer leur migration. Les hirondelles rustiques sont facilement reconnaissables à leurs longues queues en pointe et à leur gorge rouge. C’est ce qui permet de les différencier des hirondelles de fenêtre, qui sont noires et blanches avec une petite queue. Alors que ces dernières font leurs nids sur les bâtiments (souvent dans un coin de fenêtre, d’où leur nom), les hirondelles rustiques nichent à l’intérieur des maisons. On les retrouve souvent dans les granges ou les garages laissés ouverts. En villes, ces deux espèces d’hirondelles sont remplacées par le martinet noir. Ce proche cousin est plus gros, intégralement noir, et est repérable à ses cris stridents. Les martinets aiment voler en groupe en rasant les immeubles. Comme les hirondelles, ils vont partir passer l’hiver en Afrique.

L'hirondelle rustique aime bien chanter depuis un fil électrique.
© sharkolot / Pixabay

Le faucon crécerelle

Le faucon crécerelle est un petit rapace (environ 70cm d’envergure) que l’on peut trouver partout en France. Il peut nicher dans des falaises comme dans des vieux bâtiments, des gares, des ruines, des châteaux ou encore des pylônes électriques. Les mâles sont reconnaissables à leur tête grise. Il existe un moyen pour identifier à coup sûr un faucon crécerelle : lorsqu’il chasse, celui-ci fait du surplace dans le ciel – c’est ce qu’on appelle le "vol en Saint-Esprit". Il existe une autre espèce de faucon que l’on peut rencontrer dans les milieux bâtis : le faucon pèlerin. Ce dernier est l’oiseau le plus rapide de la planète (il peut aller jusqu’à 350km/h en piqué). En manque d’habitats dans les montagnes, de plus en plus d’individus vont nicher dans les villes, en haut des églises et des grands immeubles.

Le faucon crécerelle fait du suplace pour repérer ses proies.
© 9436196 / Pixabay

La chouette hulotte

Voici un rapace plus imposant au mode de vie bien différent. La chouette hulotte est un rapace nocturne, c’est-à-dire qu’elle vit la nuit et dort le jour. Contrairement au faucon crécerelle, on ne la trouvera pas dans les grandes villes. Si elle apprécie les forêts, on peut aussi la trouver dans les parcs et les jardins. Il arrive souvent qu’elle niche dans les greniers ou les granges. Etant donné qu’elle vit la nuit, il est difficile de l’observer. A moins d’avoir la chance de l’apercevoir se reposer contre un tronc d’arbre en plein jour – mais ses couleurs brunes rendent son repérage difficile. Cependant, elle est facile à entendre la nuit. Son chant est souvent utilisé dans les films d’horreur se passant dans la forêt en pleine nuit …

Les chouettes ne sont pas les femelles des hiboux, ce sont deux types d'oiseaux différents.
© JonPauling / Pixabay

Le hérisson commun

Un autre animal ayant un mode de vie nocturne : le hérisson. Ce petit mammifère passe ses nuits à chasser dans les jardins et les vergers. Mais on peut aussi l’apercevoir en pleine journée remuant dans les feuilles ou dormant aux pieds d’un buisson. Avec son petit museau et son dos remplis de pics, il est impossible à confondre avec un autre animal ! On le retrouve un peu partout en France, que ce soit en ville ou à la campagne, du moment qu’il y a quelques espaces de verdure pour qu’il trouve sa nourriture. Cependant, le hérisson est un animal menacé à cause des pesticides et des collisions routières. Il existe plusieurs moyens de protéger les hérissons dans son jardin.

Avec l'arrivée de l'automne, on voit souvent les hérissons fouiller dans les feuilles mortes à la recherche de nourriture.
© monicore / Pixabay

Le lérot

Le lérot est un petit rongeur que l’on retrouve dans les villages de campagne. Il se nourrit de fruits et de baies dans les vergers. Il aime faire son nid dans les bâtiments, c’est notamment là qu’il va passer tout l’hiver en léthargie. On le retrouve notamment dans les greniers, où il peut être très bruyant la nuit – ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle aussi le loir des greniers ! Le lérot est reconnaissable à son pelage blanc-gris-brun et à ses deux bandes noires au niveau des yeux. Lorsqu’il est attaqué, il a la capacité de se séparer de la fourrure de sa queue pour échapper à son prédateur : c’est ce qu’on appelle l’autotomie.

Avec ses barres noires au niveau des yeux, le lérot ressemble à un bandit masqué.
© lestaxinomes.org

La pipistrelle commune

La pipistrelle commune est un mammifère que l’on voit souvent à la tombée de la nuit, voletant près des lampadaires. Son nom ne vous dit rien ? On parle plus généralement de la chauve-souris. Il en existe de nombreuses espèces et elles sont très difficiles à identifier (pour cela il faut souvent s’équiper d’un radar), mais la pipistrelle fait partie des plus répandues. Ce mammifère ailé d’une vingtaine de centimètres d’envergure a un corps brun et des ailes noires. On la retrouve dans les villes et villages, du moment qu’elles ont des insectes à chasser et des endroits sombres où se réfugier le jour et l’hiver (grottes, caves, tunnels, greniers …).

© Gilles San Martin / Wikipedia.org

Le lézard des murailles

Il s’agit d’un des reptiles les plus communs en France. On le retrouve dans tous les endroits pierreux, de préférence exposés au soleil. Il aime se faufiler entre les anfractuosités des murs et des rochers. On le retrouve dans tous les villages et même dans les villes, contrairement aux autres espèces de lézards qui sont plus distantes vis-à-vis de l’Homme. Le lézard des murailles a un corps brun-vert couvert d’une multitude de tâches. Lorsqu’il est attaqué, il peut se séparer de sa queue ; celle-ci peut repousser (contrairement à celle du lérot).

Le lézard des murailles apprécie les pierres en plein soleil.
© naturepic / Pixabay

La pholque phalangide

La pholque phalangide est une espèce d’araignée très fréquente dans les maisons. Elle est aisément reconnaissable avec son petit corps et ses huit très grandes et très fines pattes. On la retrouve souvent la tête à l’envers dans les coins des pièces ou dans les caves. Elle y tisse quelques fils en guise de toile. En cas de dérangement, la pholque adopte un comportement étonnant : elle agite sa toile avec ses grandes pattes de manière à la faire vibrer très vite et à devenir presque invisible tant les oscillations sont rapides ! Comme à peu près toutes les araignées en France, la pholque est inoffensive pour l’Homme. D’ailleurs, elle peut même s’avérer être une alliée très utile car elle se nourrit de mouches, de moustiques … et même d’autres araignées !

La pholque est une araignée typique des maisons.
© Paul Sullivan / flickr.com

La scutigère véloce

La scutigère est une proche cousine du mille-pattes. Ils font d’ailleurs tous les deux partie de l’ordre des myriapodes. Les scutigères sont facilement reconnaissables à leur corps jaunâtre et à leurs nombreuses pattes longues et fines (parfois jusqu’à 4cm de longueur), qui leur permettent d’avancer très rapidement sur les sols et les murs des maisons. Cette vélocité leur permet de chasser des petits insectes. Le reste du temps, elles se réfugient souvent en-dessous des meubles. Si leur allure  peut faire peur, les scutigères sont inoffensives pour l'Homme et très bonnes pour l’entretien des maisons.

La scutigère est un animal fréquent dans les maisons.
© Papypierre1 / wikimedia.org

Le lépisme

Le lépisme est un petit insecte très particulier. Plus communément appelé "poisson d’argent", il doit ce nom à sa couleur métallique et à ses déplacements ondulés. Son corps est aplati et se termine à l’avant par deux antennes et à l’arrière par trois prolongements fins. Le lépisme est un animal qui s’est très bien adapté aux maisons et aux appartements. On le retrouve souvent sur les sols des cuisines ou des salles de bain ou encore sur les rebords de fenêtre. C’est un animal plutôt nocturne. Il se nourrit de déchets et de moisissures. Souvent considéré comme indésirable, le lépisme est pourtant inoffensif pour l’Homme.

Le lépisme est plus connu sous le nom de "poisson d'argent".
© Hans / Pixabay

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.