Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Concertation sur la consigne, brûlage des déchets verts, serres chauffées bio : le débrief' de la semaine

©Ingrid Maasik/Shutterstock

Un comité de pilotage pour la mise en œuvre de la consigne lancé par Brune Poirson, un rappel important sur le brûlage interdit des déchets de jardin, et le ministre de l'Agriculture qui s'oppose aux serres chauffées dans le bio : voici ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine sur ID. 

"Ensemble, nous avons jusqu’à septembre pour rendre des 1ères conclusions pour déterminer les modalités de la consigne" : c'est ce qu'a annoncé le 19 juin dernier Brune Poirson, la secrétaire d'État à la Transition écologique. Cette dernière a réuni pour la première fois cette semaine un comité chargé de travailler sur la mise en application de ce système sur le territoire. Un comité qui aura pour mission de définir les produits pouvant être consignés, les points de collecte à mettre en place, la façon dont les emballages seront récupérés (et par qui), et le financement du tout. À cette occasion, ID vous rappelle pourquoi la consigne a globalement disparu en France et en quoi ce système, lorsqu'il est réalisé dans des conditions optimales, est plus écologique que le recyclage

Pourquoi il ne faut pas brûler ses déchets verts 

Dans le cadre de notre dossier sur la pollution de l'air réalisé en partenariat avec l'ADEME, ID vous rappelle cette semaine pourquoi il ne faut pas brûler ses déchets du jardin (tonte de la pelouse, les tailles de haies, d’arbustes et d’arbres, feuilles mortes), que l'on appelle aussi "déchets verts". On apprend notamment dans cet article que brûler 50 kg de végétaux à l’air libre émet autant de particules fines que 13 000 km parcourus par une voiture diesel récente !

Non aux serres chauffées dans l'agriculture bio 

"Il y a un débat, aujourd'hui, qui nous interroge beaucoup, (...) c'est celui du chauffage des serres. Je ne suis pas favorable au chauffage des serres, parce qu'il faut respecter les rythmes biologiques", a déclaré le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume mardi 18 juin à l'issue d'un séminaire international sur l'agriculture biologique à Paris (cité par l'AFP). Ce dernier s'est prononcé sur un débat fait du bruit au sein de la filière des fruits et légumes bio depuis quelques semaines : à relire ici.

Relisez aussi nos focus sur :

-Ce centre commercial pas comme les autres dans le Var, qui se veut anti-capitaliste ! 

-Le site web du semencier paysan "Kokopelli", qui explose grâce à Cash Investigation

-L'entreprise libérée (à l'occasion de la Semaine pour la qualité de vie au travail), pour des salariés heureux et productifs !