Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Comment le Japon est devenu en quelques années une vraie source d'inspiration "zéro déchet"

Des samouraïs anti-déchets dans les rues de Tokyo
©jidaigumi_basara / Instagram

La gestion des déchets est une des problématiques les plus importantes au Japon, à l’origine de nombreuses innovations touchant à la collecte et au recyclage des déchets. La "philosophie" du zéro déchet s’implante progressivement, dans les grandes villes comme dans les petits villages isolés. 

Les autorités nippones tentent de valoriser le recyclage en mettant en place des législations strictes pour le tri des ordures ménagères depuis quelques années. Le Japon arrive ainsi à recycler un cinquième de ses déchets plastique, une quantité significative au vu de la consommation démesurée de plastique, liée à une tendance au suremballage. L’AFP rappelle qu’en 2015, l’Institut de gestion des déchets en plastique établissait la quantité de plastique consommé au Japon chaque année à 9,64 millions de tonnes.

Collecter, trier, recycler...

Les objectifs de recyclage et de réduction de déchets guident de plus en plus de politiques locales. Le village de Kamikatsu a par exemple atteint un taux de recyclage des déchets de 80 % en imposant des consignes de tri strictes, en mettant en place des systèmes de troc, des opérations de sensibilisation, des ateliers d'upcycling, etc. Les retombées écologiques, mais aussi économiques et sociales observées, sont très positives.

Des femmes recyclent des vieux tissus dans l'atelier "Kuru-Kuru"
©Zero Waste Academy, Japan

Inciter les japonais à trier et à recycler : c'est également la mission que s'est donné le quotidien japonais Mainichi Shimbun : son édition papier peut être plantée après avoir été lue. 

La collecte et le recyclage sont certes des solutions à la pollution plastique, mais le nœud du problème réside avant tout dans la production de ces déchets et donc dans les habitudes de consommation des Japonais. 

L'originalité pour sensibiliser 

L’un des premiers moyens de réduire la consommation de produits en plastique - et donc la production de déchets - est de sensibiliser la population. Et pour attirer l'attention des citoyens, rien de tel que de proposer des expériences insolites ! Des samouraïs anti-déchets se promènent par exemple dans les rues de Tokyo et ont abandonné les katanas pour les remplacer par des pinces à déchets. 

Opération de nettoyage des rues de Tokyo - 6 février 2019.
©jidaigumi_basara / Instagram

Le département local de l'environnement à Tokyo a également mis en place une opération de sensibilisation visuelle, en ouvrant un bar éphémère à Tokyo. Baptisé le Gomi Pit, il offre une vue surprenante sur un incinérateur de déchets afin de générer une prise de conscience de la quantité de déchets produits chez les clients. 

Il faut désormais d'aller plus loin et il s'agit notamment pour cela de réduire la consommation d'objets à usage unique, en les remplaçant par des objets réutilisables...à l'infini ! Certains de ces objets voient le jour au Japon : on compte entre autres le tawashi - une éponge durable -, l'oriculi - un coton-tige en bambou - et le furoshiki - un carré de tissu japonais utilisé comme sac ou emballage.

Le sport pour partager et progresser

Le Japon entend donner un rayonnement mondial aux efforts menés pour atteindre l'objectif "zéro déchet", notamment en affichant son ambition lors d’événements internationauxLes supporters japonais se sont fait remarquer lors de la coupe du monde de football lorsqu'ils ont nettoyé leurs tribunes après le match. 

Le prochain événement durant lequel le Japon compte faire ses preuves est la compétition des Jeux Olympiques de 2020. Le comité d'organisation avait affirmé en 2018 vouloir alimenter entièrement l'événement aux énergies renouvelables et a d'ores et déjà annoncé que l'intégralité des médailles seraient conçues à partir de métaux recyclés, provenant majoritairement de smartphones.