Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

IDÉES PRATIQUES

Cinq pistes pour débuter dans la permaculture

L'harmonie entre la nature et l'humain est nécessaire pour une agriculture durable.
©Sanddebeautheil/shutterstock

Soucieux de la biodiversité, de nouveaux adeptes se lancent dans la permaculture. ID a sélectionné cinq conseils pour devenir un as de l’agriculture durable.

Observer, interagir et protéger la biodiversité, tels sont les mots-clefs dans la permaculture. L’agriculture permanente consiste à mettre en place un système durable afin de se nourrir sans épuiser les ressources de la terre pour continuer à cultiver le plus longtemps possible sans causer des dégâts. Cela n’est possible que lorsque les plantes sont cultivées de manière durable tout en prenant soin des insectes et animaux utiles à l’écosystème. Des guides sont proposés pour débuter dans la permaculture, comme le manuel gratuit Buttes de cultures. Pour commencer un potager en permaculture, voici cinq étapes à suivre.

La vérification du sol

Prendre connaissance du milieu dans lequel la plantation se fera est primordiale pour le développement des plantes. Entre terre pauvre et robuste, il faut commencer par évaluer l’état du sol et lui apporter les fertilisants naturels nécessaires. D’abord, vérifiez la couleur du sol : lorsque la terre est foncée, cela signifie qu’elle est en bonne santé. Mais, plus elle est claire et plus elle aura besoin de fertilisant. Si vous constatez des plantes déjà présentes, ceci témoigne également de la bonne qualité du sol. Pour vérifier la nature du sol, prenez un bout de terre humide et si une boule se forme entre vos mains, cela peut signifier qu’elle contient de l’argile, ce qui est un bon signe également.  

Le choix de l’emplacement

Bien choisir l’emplacement des plantes est nécessaire pour leur développement. Il faut veiller à l’ensoleillement du terrain et à la circulation du vent. Pour cela, il est important d’observer le mouvement du soleil selon le changement des saisons afin de distinguer le déplacement des ombres et les éviter pour la plantation. Également, le vent tourne en fonction des saisons. Une fois que tous ces éléments sont pris en compte, vous pouvez décider de l’orientation du potager dans votre jardin pour qu’il puisse recevoir la bonne quantité du soleil et à l'abri du vent. 

La diversité de la flore

Pour les nouveaux adeptes de permaculture, il faut surtout varier les plantes. Vous pouvez choisir des graines biologiques et reproductibles. Ces graines sont disponibles chez les maraîchers et les semenciers. Pour un potager plus riche, choisissez les plantes pérennes qui sont plus vivaces et résistantes aux différentes saisons, notamment à l’hiver comme les herbes aromatiques : thym et romarin. La deuxième année de la plantation, ajoutez des fleurs annuelles qui ont cycle de vie d’une année et germent rapidement pendant l’autonome et l’été. Sans oublier les plantes bisannuelles qui développent leur cycle de vie en deux ans.

Les répulsifs naturels

Permaculture rime avec l'absence de pesticide. Vous pouvez lutter naturellement contre les nuisibles présents dans votre potager. À commencer par l’usage des insecticides et répulsifs naturels fabriqués à partir de savon de Marseille ou de vinaigre blanc. Vous pouvez également privilégier le compagnonnage. Cette méthode consiste à associer des plantes qui se protègent mutuellement. Parmi celles-ci, les tomates et le basilic qui renforce le goût des tomates et éloigne les moustiques. Ou encore, associez la carotte avec la famille de l’amaryllidaceae, comme les oignons et les poireaux qui dégagent un parfum répulsif pour les mouches.

La présence des insectes 

La présence de certains insectes est nécessaire comme les abeilles. En plus des bienfaits qu’ils procurent pour la biodiversité, celles-ci peuvent contribuer à renforcer le potager et à le protéger des autres parasites. Pour favoriser leur présence, mettez en place des coins et des cachettes pour les accueillir comme des feuilles mortes, du bois et des arbustes fruitiers qui attireront les oiseaux et hérissons qui mangent les insectes.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

 Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique «  L’écologie dans nos assiettes  ». 

 Au sommaire :  tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable ! 

Pour en savoir plus  et commander votre guide,  c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.