Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Allain Bougrain-Dubourg : Stop à l'horreur dans les élevages de lapins !

Allain Bougrain-Dubourg, grand défenseur de la cause animale, président de la Ligue pour la protection des oiseaux.
©XAVIER LEOTY / AFP

Après avoir révélé dans une vidéo choc les conditions d'un élevage de lapins, situé à Domalain (Ile-et-Vilaine), l'association de défense des animaux L214 a annoncé avoir porté plainte mercredi 24 août contre le président de la Fédération nationale des groupements des producteurs de lapins (Fenalap) pour mauvais traitements. L'humeur d'Allain Bougrain-Dubourg.

Sa garenne est devenue clapier, son univers le condamne à l’acier et l’obscurité. Le gentil lapin devenu l’un des NAC (nouveaux animaux de compagnie) les plus populaires du moment vit l’enfer, loin des yeux, en élevage industriel

Rien de nouveau à ce pathétique constat, il est admis que l’entassement de 15 à 20 lapins sur une surface équivalente à 1 m2 conduit à l’hécatombe. Un quart des lapins meurent avant d’avoir atteint l’âge d’abattage, qui n’est pourtant que de 2 mois. Rien qu’en France, plus de 27 millions de lapins finissent à la boucherie chaque année après être passés par l’odieuse existence industrielle. Naturellement les producteurs tempèrent  :" Il y a une inévitable mortalité mais nous tenons à nos bêtes, nous sommes des professionnels", rassurent-ils la main sur le cœur.  

"Le paysage de l'agonie est insupportable"

Sauf qu’une nouvelle fois, L214 lève le voile sur l’horreur. L’association s’est intéressée à l’élevage du Président de la Fédération Nationale des Producteurs de Lapins. Un personnage très certainement hautement respectable (son groupement commercialise 10 % de la production française). Or, la caméra révèle l’impensable  : des lapins douloureusement blessés aux pattes, aux oreilles, aux yeux, des blessures infectées et non soignées, des lapereaux mutilés, des médicaments périmés depuis plus de trois ans. Des animaux malmenés et entassés sur plusieurs couches lors des transports. Des cadavres toujours et encore. Inutile de poursuivre, le paysage de l’agonie est tout simplement insupportable. En réaction L214 porte évidemment plainte. Mais il faut aller au-delà. L’association lance une pétition pour en finir avec ce type d’élevage. Allez, un beau geste, soyons solidaire…  

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.