Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Allain Bougrain-Dubourg à Erik Orsenna : "L’avenir n’est pas dans l’exploitation du vivant"

Allain Bougrain-Dubourg, grand défenseur de la cause animale, président de la Ligue pour la protection des oiseaux.
©XAVIER LEOTY / AFP

[L'humeur d'Allain Bougrain-Dubourg] Comme l'oiseau sur la branche, j'ai hésité. Et me voilà prenant la parole pour dire à mon ami Erik Orsenna mon incrédulité.

Je ne peux pas croire, en effet, qu'il ait trempé à ce point sa plume dans l'impétuosité pour tenir l'"avant propos" du rapport d'orientation de la FNSEA (que m'a aimablement adressé Christine Lambert).

D'abord une envolée lyrique, "Oh comme je comprends, humainement, fraternellement je comprends celles et ceux d'entre vous (les agriculteurs) qui souffrent et finissent par ne plus supporter (…) les insultes d'enfants gâtés bien plus riches qu'eux". Et l’académicien d'en rajouter "Et si ils sont plus riches, ces enfants gâtés urbains, c'est justement parce qu'ils donnent moins aux paysans". Non seulement ces propos sont inutilement clivants, mais ils sont faux. Les urbains seraient plus riches que les paysans ? Qu'en pensent les quartiers défavorisés face aux grands céréaliers ? Par ailleurs, est ce que ce sont les "urbains gâtés" qui refusent de payer le juste prix aux paysans ou les circuits de distribution ? Et que dire de la légitime solidarité nationale en cas de sècheresse, de gel et autres calamités ? Les urbains s'en exonèrent ?

Un peu plus loin, l'auteur considère que toutes les transitions de notre époque "ne peuvent que se donner la main". En opposant les urbains aux ruraux, en taxant les uns "d'enfants gâtés" et les autres de "victimes d'insultes", l'invitation a l'heureuse fraternité me paraît amphigourique.

J'ai le souvenir, cher Erik, du temps où nous visitions ensemble des exploitations agricoles en nous réjouissant de l'intégration de la biodiversité, du développement du bio, de l'effacement de la chimie ou des plantations de haies. À l'époque, la démarche nous paraissait exemplaire. Elle augurait heureusement pour les urbains, comme pour les ruraux. Pourquoi aujourd'hui, tant de rancoeur ?

La France aime ses paysans mais rejette la maltraitance de l'animal dans les élevages industriels ou celle de la terre victime des pratiques insalubres. L'avenir n'est pas dans la surexploitation du vivant. Pas plus que dans l'invitation à la dissension.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.