Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

15 initiatives "révolutionnaires" saluées à la COP24

©GivePower Foundation

Si le fruit des négociations menées dans le cadre de la COP24 a pu laisser un goût amer de statut quo à de nombreux observateurs, le sommet international a également été l'occasion de mettre en lumière des initiatives inspirantes et concrètes en faveur de la préservation de la planète déployées aux quatre coins du globe.  

Alors que la communauté internationale a montré une fois de plus son incapacité, au sortir de la COP24, à hausser unanimement le ton en faveur d'un effort combiné dans la lutte contre le réchauffement climatique, la cérémonie de remise des Prix "Momentum for change" des Nations Unies, mardi 11 décembre, est venue rappeler qu'à travers le monde, à toutes échelles, des citoyens et organismes, publics comme privés, s'emparent de ces sujets, et oeuvrent à la recherche de solutions pour un avenir plus soutenable.

A cette occasion, l'institution a récompensé 15 projets nés dans 14 pays différents et répartis sur 4 domaines clés :

  • la santé de la planète, qui reconnait des "solutions novatrices qui concilient le besoin de santé humaine et celui d’une planète en bonne santé".
  • la neutralité climatique, qui s'intéresse aux "efforts déployés par les particuliers, les entreprises et les gouvernements pour obtenir des résultats concrets dans la transition vers la neutralité climatique".
  • l'inclusion des femmes, qui reconnait "le leadership essentiel et la participation des femmes dans la lutte contre le changement climatique".
  • les financements respectueux du climat.

"Ces initiatives mettent en lumière des actions climatiques qui peuvent être transposables aux quatre coins de la planète", a expliqué Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de l'ONU Changements climatiques. "Elles sont la preuve que l'action climatique n'est pas seulement possible, mais qu’elle est créative, passionnante et ça change tout".

Les vainqueurs ont été retenus parmi 560 candidatures provenant du monde entier et portées par tous types d'acteurs, allant des entreprises aux gouvernements, en passant par les collectivités et les organisations. "Elles montrent comment les idées, grandes et petites, permettent de lutter efficacement contre le changement climatique", explique l'ONU dans un communiqué. Portraits de quatre lauréats. 

Des toilettes écologiques pour réduire les risques de maladies et créer des emplois

A Haïti, l'initiative Sustainable Organic Integrated Livelihoods (SOIL) répond à un triple enjeu environnemental, sanitaire et social, à l'heure où 75 % de la population du pays n’a pas accès à un assainissement sûr. En construisant des toilettes écologiques, SOIL vise non seulement à réduire la propagation des maladies, en empêchant notamment les déchets organiques d'atteindre les réserves d'eau, mais également à s'attaquer au problème de l'appauvrissement des sols qui ronge le pays, grâce à la production de quelque 100 tonnes de compost par an utilisé pour l'agriculture ou le reboisement. 

Au Royaume-Uni, le club de foot "le plus écologique au monde"

Déplacements des équipes, construction et entretien des installations, consommation des spots lumineux et des écrans... La gestion d'un club de sport peut vite s'avérer être un vrai casse-tête environnemental. Mais pas insurmontable, prouve depuis quelques années l'équipe britannique des Forest Green Rovers, qui a entamé en 2010 sa conversion en vue de devenir le premier club de football au monde à atteindre la neutralité carbone.

Une recette qui semble porter ses fruits jusqu'à présent, puisqu'en adoptant un régime entièrement végétalien, en collectant et en recyclant l'eau de pluie ou encore en produisant une grande partie de l'énergie consommée par le stade grâce à des cellules solaires installées sur le site, il a réussi à baisser depuis 2017 son empreinte carbone de 3 % -et de 42 % par spectateur depuis la saison 2011-2012-, et à réduire la quantité de déchets produits de 14,7 % pendant la saison 2017/18. L'équipe a également fait installer des bornes de recharge pour faciliter l’utilisation des véhicules électriques par les joueurs et les visiteurs et créé le premier terrain de football biologique au monde, ce qui vaut aujourd'hui aux Forest Green Rovers le titre de "club le plus écologique du monde". 

Des femmes mènent la révolution du partage alimentaire

Lancée et dirigée par des femmes, l'application gratuite OLIO s'attaque frontalement au problème du gaspillage alimentaire alors qu'aujourd'hui, un tiers des aliments que nous produisons finissent à la poubelle, produisant de fait des gaz à effet de serre. Son concept ? Connecter les voisins, les magasins locaux et les cafés d'un même quartier, afin de partager les restes alimentaires dans leur communauté.

"Environ la moitié de la nourriture de l'application provient de voisins partageant leur réserve de nourriture et l'autre moitié de 'Food Waste Heroes', des volontaires qui collectent la nourriture non vendue dans les magasins locaux, la ramènent à la maison, l'ajoutent à l'application et la redistribuent à communauté", détaille la fiche du projet, qui aurait déjà permis à 400 000 utilisateurs de partager plus d'un demi-million de portions de nourriture -l'équivalent environnemental de la suppression de plus de 1,2 million de kilomètres en voiture-. Objectif de l'application, déjà disponible dans 32 pays : passer à 400 millions de fidèles d’ici 2025.

Une initiative financière pour des investissements à fort impact

Récompensée dans la catégorie "Financements respectueux du climat", la "Catalytic Finance Initiative" (CFI), lancée en 2014 par Bank of America, vise à mobiliser des investissements "novateurs" et à fort impact environnemental, en particulier dans les domaines de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, à l'heure où les capitaux dirigés en faveur de la transition vers un modèle bas-carbone sont encore loin d'être suffisants. 

En 2016, elle a été étendue à 12 partenaires, qui ont collectivement mobilisé environ 10 milliards de dollars au travers de plus de 25 investissements "innovants et à fort impact sur le climat et la durabilité". L'initiative se donne également pour mission de réduire les risques liés aux secteurs concernés pour d'autres investisseurs, "tout en soulignant la possibilité de nouveaux produits innovants et de nouvelles structures financières susceptibles de catalyser un flux de capitaux plus important et une multiplication des solutions".

Pour retrouver la liste complète des lauréats ainsi que leur présentation détaillée sur le site des Nations Unies, cliquez ici