Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

10 espèces de papillons diurnes à reconnaître facilement

Des tabacs d'Espagne.
© Schwoaze / Pixabay

Les papillons de jour sont des animaux emblématiques de notre biodiversité. Voici dix espèces parmi les plus communes et les plus remarquables en France métropolitaine.

"Les papillons ne sont que des fleurs envolées un jour de fête où la nature était en veine d’invention et de fécondité", écrivait George Sand. Que ce soit par leur palette de couleurs ou par leurs ballets aériens, les papillons fascinent. On les rencontre un peu partout : dans les jardins, sur les bords des routes ou encore à la montagne. Cependant, on ne sait pas toujours mettre un nom sur ces insectes si particuliers.

En France métropolitaine, on compte plus de 250 espèces de papillons de jour (et plusieurs milliers pour les papillons de nuit !). Heureusement, certains sont plus communs et particulièrement remarquables. Voici une liste non exhaustive de 10 papillons diurnes à identifier facilement.

Le myrtil

Ce papillon est un des plus communs en France. Pourtant, on ne peut pas dire que ce soit le plus impressionnant : il est petit (son envergure fait un peu moins de 5 centimètres) et ses couleurs sont ternes (marron-orange). Il possède dans l’angle supérieur de ses ailes un ocelle, c’est-à-dire un petit rond avec une tâche blanche au milieu faisant croire à un œil. Cet organe leur permet de détecter la lumière. On peut aussi s’amuser à différencier le mâle de la femelle : cette dernière a une tâche orange prononcée au niveau de son ocelle.

Une femelle myrtil, avec sa tache orange bien visible.
© Erik-Karits / Pixabay

Le citron

Voici un autre petit papillon (environ 4 centimètres d’envergure) très répandu en France. Il est facile à reconnaître : comme son nom l’indique, le citron est tout jaune. Cette couleur particulière lui permet de se camoufler dans la végétation. Là-aussi on peut différencier mâle et femelle, cette dernière étant plus verdâtre que jaune.

Facile à retenir : le citron est tout jaune ... comme un citron !
© Vinding / Pixabay

La piéride du chou

La piéride du chou est surtout connue des jardiniers. Ceux-ci ne la portent pas dans leur cœur, car elle a l’habitude de se reproduire dans les feuilles de chou, laissant ses chenilles s'en régaler. Il existe aussi d’autres espèces associées à d’autres légumes, comme la piéride du navet. En dépit des dégâts qu’elle peut produire dans les potagers, la piéride du chou est un beau petit papillon de couleur blanc-jaune. Les mâles ont une tâche noire sur les ailes, tandis que les femelles en ont deux.

La piéride du chou est un véritable cauchemar pour les jardiniers.
© DenisDoukhan / Pixabay

Le vulcain

Le vulcain présente un double intérêt : c’est un papillon aux couleurs remarquables, et il est très commun en France. Papillon de taille moyenne (5-6cm d’envergure), ses ailes sont noires avec des taches blanches et un demi-cercle rouge-orange. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel chez les vulcains, c’est-à-dire qu’on ne peut pas différencier le mâle de la femelle.

Le vulcain est un papillon très commun en France.
© krzysztofniewolny / Pixabay

Le paon du jour

Il s’agit d’un papillon emblématique en France. Doté de superbes couleurs – rouge-vif et noir – il se fait remarquer par ses deux ocelles jaunes et bleus qui donnent l’impression que ce papillon a des yeux. C’est d’ailleurs de là qu’il tire son nom : comme le paon, il peut se servir de ces ocelles pour faire fuir les prédateurs. On le trouve souvent sur des orties, où il se reproduit.

Le paon du jour se reconnaît à ses ocelles très colorés.
© kie-ker / Pixabay

Le tabac d’Espagne

Avec le tabac d’Espagne, on entre dans la catégorie des plus grands papillons en France : il peut faire jusqu’à 8cm d’envergure. Aussi appelé nacré vert ou barre argentée, il se caractérise par des ailes orange-vif tachetées de noir. On peut le voir lors de balades : les tabacs d’Espagne aiment voleter à plusieurs sur les fleurs en lisière de forêt.

Le tabac d'Espagne est orange et tacheté de noir.
© YasScrap / Pixabay

Le flambé

Voici un autre papillon remarquable : le flambé. De grande taille (7-9cm d’envergure), ses ailes sont jaunes et striées de noir. Mais ce qui en fait un papillon à part est le bas de ses ailes, qui se termine en pointe (on parle de queue) et qui est parsemé de taches bleu-azur. On peut le rencontrer dans les jardins, notamment dans les milieux secs.

Le flambé est reconnaissable à ses queues en bas des ailes.
© 160946 / Pixabay

Le machaon

Le machaon est probablement un des papillons les plus communs et les plus connus en France. Et pour cause, sa grande taille (jusqu’à 9cm d’envergure) et ses couleurs vives impressionnent. Il ressemble beaucoup au flambé, avec ses ailes jaunes et noires et ses queues. Cependant, deux tâches rouge-vif en bas des ailes permettent de l’identifier facilement. Autre différence avec le flambé : ses ailes sont plus larges et ses queues plus courtes. Le machaon, aussi surnommé le grand porte-queue, affectionne les prairies sauvages et est assez rare dans les jardins.

Le machaon est un grand papillon facile à observer.
© DomenicBlair / Pixabay

L'apollon

Il s’agit du roi des montagnes. L’apollon apprécie les prairies d’altitude (2000-4000m), dans les Alpes et les Pyrénées. Papillon emblématique des alpages, c’est une espèce protégée en France. Classé comme vulnérable voire quasi-menacé dans certaines régions, l’apollon est menacé par le réchauffement climatique. Il possède des ailes blanches brillantes tachetées de noir et de rouge. Si vous le reconnaissez au cours d’une randonnée, n’hésitez pas à partager votre observation sur Internet.

Papillon de montagne, l'apollon se fait de plus en plus rare.
© baranova_n / Pixabay

Le moro-sphinx

Voici un papillon bien particulier. Bien que vivant le jour, le moro-sphinx ressemble plutôt à un papillon de nuit. Il possède un gros corps et de toute petites ailes ainsi qu’une longue trompe dont il se sert pour se nourrir. Il est de couleur brune, avec du roux sur les ailes. On le voit rarement posé : il fait souvent du sur-place pour butiner les fleurs en battant extrêmement vite ses ailes. Cela lui vaut d’ailleurs le surnom de sphinx colibri. Très rapide, il peut atteindre des pointes à 50km/h en vol !

Le moro-sphinx est un papillon diurne très particulier.
© Magdebuerger / Pixabay

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.