Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Zéro déchet : une étudiante bordelaise invente des baskets à base de déchets de raisins !

Ces chaussures sont faites avec des déchets de la production vinicole !
©Facebook Zèta DR

L'industrie textile fait partie des industries les plus polluantes au monde. La fabrication se fait bien souvent à l’autre bout du monde, et les chaussures ne sont pas en reste sur ce plan. Pour remédier à cela, une étudiante bordelaise s’est lancée dans la création de baskets recyclées.

Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), chaque Français achète en moyenne 9,2 kilos de textiles et chaussures par an, un chiffre aux fortes conséquences lorsque l’on sait que l’industrie de la mode “émettrait 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre soit environ 2 % des émissions globales de gaz à effet de serre”. Et c’est justement cet impact sur l’environnement que Laure Babin, étudiante à Bordeaux, a voulu réduire en créant sa marque de baskets recyclées, zéro déchet et véganes Zèta. Elle a d’ailleurs gagné la deuxième place d’un concours récompensant les meilleurs projets entrepreneuriaux des étudiants de l’Université de Bordeaux avec ses chaussures, ce qui lui a permis d’empocher 3000 € pour le développement de son projet.

Des baskets entièrement éco-responsables

Fabriqué avec des déchets de la production vinicole et des chutes de caoutchouc recyclés pour l’extérieur de la basket, les autres matériaux de ces chaussures zéro déchet sont des bouchons en liège recyclés pour la semelle intérieure ou encore du plastique repêché en Méditerranée pour les lacets. Laure Babin a entrepris la création de ces chaussures en se questionnant sur l’impact social et environnemental de la filière textile. Une prise de conscience écologique qui s’est faite ces six dernières années avec différents facteurs, notamment “l’effondrement du Rana Plaza au Bengladesh et bien sur le réchauffement climatique”, nous confie-elle. Une envie de générer le moins de déchets possible. Et pour la fabrication, c'est au Portugal que cela se passe. Car même si des usines françaises ont les compétences pour assembler les produits, les matières premières recyclées se trouvent majoritairement au Portugal, et “cela n’avait pas de sens de les faire acheminer en France pour ensuite fabriquer la basket”. Dans une volonté d’économie circulaire, chaque paire de chaussures est fabriquée à la main dans un atelier familial près de Porto. Les résidus de pépins appelés “marc de raisin” sont récupérés ainsi que la peau des raisins, puis broyés et réintégrés aux matériaux recyclés pour en faire une pâte qui devient une matière ressemblant à du cuir.

Des chaussures qui ont du succès  

Après un an de recherches pour trouver les matériaux les plus "écologiques" et confortables” possible selon les mots de la créatrice, la fabrication des baskets pour le public va pouvoir commencer, et les premières chaussures pourront être livrées en décembre. Si cela est possible, c’est grâce à une campagne de crowdfunding lancée sur le site de financement participatif Ulule le 7 septembre - campagne qui prendra fin le 9 octobre 2020 -. Disponibles à partir de 89 € le temps de la campagne, les chaussures ont déjà du succès : l’objectif de 100 pré-commandes a été atteint en quelques heures, et plus de 320 préventes ont été effectuées deux jours après le lancement. Toujours dans une démarche éco-responsable, une fois la paire de chaussures trop usée, il est possible de la renvoyer gratuitement à la start-up. Elle se chargera de l’envoyer à l’usine de recyclage de tri textile normande Gebetex. Les baskets seront alors recyclées en combustible vert.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.