Entreprises

Recycler ses emballages en plastique dans plusieurs magasins bio sera bientôt possible

Les déchets sont transformés en granules de plastique avant de devenir des nouveaux objets.
©Extarz/Shutterstock

Le collectif "Collectibio" propose d'installer des boxs dans certains magasins bio afin de collecter des déchets de plastique qui, jusqu'à présent, ne sont pas recyclés de façon homogène sur tout le territoire.

La France est marquée par des inégalités régionales en termes de recyclage : les consignes de tri peuvent varier d'une commune à l'autre. L'extension de la collecte à l’ensemble des déchets plastiques progresse, mais elle ne couvrira la totalité du territoire qu’en 2022 d'après Enviscope. En France, de nombreuses filières de collecte ne parviennent pas à recycler tous leur déchets et beaucoup d'entre eux seront finalement enfouis ou incinérés. 

Jouer collectif pour aller plus loin

C'est pourquoi 13 marques bios - Babybio, Celnat, Danival, Direct Producteurs fruits secs, Food 4 Good, Grillon d’Or, Iswari, J.Favrichon, Lima, Markal, Priméal, Soy et Vitabio - ont décidé de s'unir pour permettre aux consommateurs de recycler les déchets en plastique qui ne sont pas collectés dans leurs communes, parmi lesquels on relève les plastiques souples, les doypacks, les gourdes, les couverts, les films plastiques, etc.

Après avoir été collectés dans les magasins partenaires, les déchets sont pesés, triés puis stockés jusqu'à ce qu'ils soient broyés et transformés en granules de plastique. Cette étape est assurée par l'entreprise de recyclage TerraCycle spécialisée dans le traitement des déchets difficilement recyclables. De nouveaux objets seront ensuite fabriqués à partir de ces granules. L'ensemble du processus est coordonné par Synabio, un syndicat professionnel d'entreprises bios. 

Les citoyens, entreprises, associations, collectivités, sont tous amenés à être acteurs de la gestion des déchets. Aujourd’hui, la conscience collective évolue, elle fait bouger les lignes et nous fédère dans l’action. Avec cette initiative conjointe, les entreprises bio démontrent qu’elles savent dépasser les enjeux de concurrence pour agir ensemble. Jean-Marc Lévêque, président du syndicat Synabio (propos rapportés dans le communiqué de presse). 

©Collectibio

Mobilisation des marques, des enseignes spécialisées et des consommateurs

L'étape essentielle du programme consiste à mobiliser et convaincre les consommateurs de ramener les déchets concernés dans les magasins. Jacques Minelli, directeur commercial de l'enseigne Satoriz - une des chaînes de magasins partenaires -  se veut confiant : "fournisseurs et magasins spécialisés bio ont conjointement travaillé pour pallier aux insuffisances criantes du recyclage des plastiques en France. Nous ne doutons pas que les consommateurs sauront être à la hauteur de l’enjeu qui nous concerne tous" affirme-t-il dans le communiqué du collectif.

Le programme a été lancé le 1er janvier, après deux ans de préparation, et des boxs de collecte ont déjà été installés dans 645 magasins répartis sur tout le territoire, l'objectif à atteindre étant de 850. Le projet a été entièrement financé par les marques du collectif, à hauteur de 175 000 euros, en coopération avec le réseau de distribution d'enseignes spécialisées - dont font entre autres partie Biocoop, Biomonde, Comptoirs de la Bio, L’Eau Vive, La Vie Claire, Naturalia, Naturéo, Satoriz, etc.

Les marques s'engagent également à s'inscrire dans une démarche individuelle d'éco-conception qui viserait à réduire les emballages plastique et à améliorer leur recyclabilité. 

Voici la carte interactive des points de collecte :