Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Qu’est-ce qu’un produit écoconçu et comment le choisir ?

© Wichan Yodsawai / Pixabay

Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), l’écoconception, c’est concevoir une offre de produits (biens ou services) plus respectueux de l’environnement. Mais sur quels critères se baser pour être sûr qu’un article est vraiment écoresponsable ?

L’objectif est de donner du sens à l’innovation, en intégrant l’environnement dès la conception des produits. Cela correspond à de réelles attentes de la société, puisque 90% des consommateurs attendent des marques qu’elles s’engagent ou les aident à mieux consommer. Ils sont également 90% à être favorables à une consommation raisonnée, selon une étude Oney x Opinion Way menée en 2019 dans quatre pays européens. 77% des Français se disent prêts à acheter plus cher si le produit provient de filières responsables et/ou s’il a un usage durable. 

Et cela, les marques l’ont bien compris.  Diane Scemama est la cofondatrice de Dream Act, une boutique en ligne qui ne propose que des produits finement sélectionnés pour leur impact social et environnemental positif. Elle témoigne : “Notre métier change et évolue constamment. Avant, on ne parlait pas beaucoup d'éco-responsabilité dans les produits. Les marques utilisaient pour nous séduire les couleurs ou les innovations par exemple, alors qu’aujourd’hui on assiste à un réel éveil des consciences. Là où notre rôle il y a cinq ans s’arrêtait à dénicher, promouvoir et mettre un coup de projecteur sur des marques et des pratiques responsables, on essaie aujourd’hui de dénoncer les tentatives de greenwashing et les concepts green qui émergent, avec une réalité bien différente de ce qui est affiché.”

Prendre en considération toutes les étapes de la vie d’un produit

Un produit écoconçu, c’est donc un produit qui reste performant à la fois dans l’usage mais aussi pour l’environnement, et ce dès sa conception : depuis l’extraction des matières premières, de la production, la distribution, l’utilisation et jusqu’à la fin de sa vie. De cette manière, la dépense en énergie grise est faible. 

L’écoconception, c’est aussi faire le choix de matières premières naturelles, locales et recyclées. Le lin par exemple, est cultivé en France et en Europe pour 80% de sa production. Biodégradable, il ne génère pas de déchet, et contrairement au coton, il ne nécessite pas d’irrigation et quasiment pas de pesticide. Le label Master of Linen garantit une production européenne, alors qu'aujourd'hui la grande majorité du lin est cultivée en France ou en Belgique, mais est tissée en Chine. Le PET (polyester recyclé) est une bonne alternative, tout comme l’utilisation de tissus issus de stocks dormants (immense quantité de matière dont personne ne veut, entreposée, éclairée et chauffée pendant des années). Le e-shop Dream Act propose par exemple un filtre “fabrication locale” pour mieux choisir ses articles. 

Il convient évidemment de prêter attention aux emballages et de privilégier le vrac dans la mesure du possible, en optant pour des gammes zéro déchet. Réduire le contenu de nos poubelles, c’est aussi diminuer la pollution liée à l’enfouissement, la combustion, ou le déversement de ces dernières dans les océans. 

En choisissant un produit éco-conçu, on s’interrogera sur les conséquences de son usage sur l’environnement, tout comme sa fin de vie. Comment puis-je réduire l’émission de microplastiques dans les océans ? (En évitant les matières synthétiques, recyclées ou en utilisant un sac de lavage par exemple). Est-il facile de le recycler ? 

Consommer moins mais mieux grâce à des initiatives qui se multiplient

En constatant le paradoxe de nombreuses marques qui se proclament écologiques (des produits bio mais importés de l’autre bout de la planète...), et en s’inspirant de toutes ces bonnes pratiques, Dream Act a eu l’idée de lancer une collection capsule responsable de A à Z. La collection est composée d’une gamme de linge de table (nappes, serviettes, sets de table, essuies-tout lavables…), des produits pensés et imaginés pour être intemporels et durables. Le modèle de la nappe est par exemple conçu pour ne générer aucune chute de tissu. Le lin, certifié Master of linen, est filé en Allemagne et tissé en France, l’étiquette sérigraphiée sur le tissu (issu lui-même de stocks dormants). 

Parce que le pure player Dream Act en est convaincu, un commerce responsable, ce n’est pas uniquement vendre des produits responsables. Il faut acheter moins, mais mieux, des produits qui durent en se passant du jetable. Tous les produits que l’entreprise propose sont ainsi minutieusement sélectionnés selon des critères stricts et à l’aide d’un comité éthique. 

Et si vous pensez que réduire sa consommation au profit d’achats responsables et durables est plus onéreux, rien n’est moins faux. C’est même parfois un moyen de faire des économies, comme par exemple en optant pour les shampoings solides , qui permettent de faire beaucoup plus de lavages qu’une bouteille classique (un pain de savon de 70g équivaut à deux bouteilles de 250ml). 

Au-delà des labels, la transparence reste primordiale 

L’Ecolabel européen vérifie que l’entreprise respecte une démarche d’évaluation environnementale et fournit suffisamment d’éléments prouvant l’écoconception de son produit. Ce dernier doit comporter une définition de l’écoconception, des indications sur ce qui est écoconçu (produit, emballage, composant), ses principales caractéristiques environnementales ainsi que la nature et l’ampleur des réductions d’impacts environnementaux.

Cependant, tous les produits responsables, écologiques et éthiques ne sont pas forcément labellisés. S’ils sont souvent gages de qualité et prescripteurs pour le consommateur final, ils sont aussi onéreux et contraignants. 

Le meilleur label qu’il reste, c’est la transparence et la traçabilité dont les marques font preuve, aussi bien sur les méthodes de fabrication et de conception que sur leurs pratiques RSE en interne. 

Le site e-commerce Dream Act par exemple, propose non seulement une explication sur l’impact environnemental réel de chaque produit (matières utilisées, lieux de fabrication…), mais permet également de filtrer ses recherches par impact (composition naturelle, matières recyclées…) pour trouver l’article de son choix. 

En partenariat Dream Act

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.