Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

"Sauvons la Convention citoyenne pour le climat" : la pétition de Cyril Dion vise les 500 000 signatures

Avec cette pétition, Cyril Dion souhaite "sauver" la Convention citoyenne.
Tiziana Annesi / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

La pétition lancée par le réalisateur Cyril Dion le 16 novembre dernier a désormais dépassé les 300 000 soutiens, se rapprochant ainsi de l'objectif des 500 000. Les signataires demandent à Emmanuel Macron de tenir ses engagements envers les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. 

Malgré les promesses, l'exécutif semble faire marche arrière à pas de loup. Craignant que les engagements pris face aux 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat ne soient tenus, le réalisateur Cyril Dion a rappelé Emmanuel Macron à ses engagements par le biais d'une pétition le 16 novembre dernier. Après deux semaines, celle-ci a recueilli près de 304 000 signatures. Le réalisateur de Demain espère ainsi "sauver" le groupe de travail créé un an auparavant par le même président. 

Les raisons de la colère

La mayonnaise est montée un peu plus après le dernier recul en date sur le malus au poids pour les véhicules neufs adoptés le 13 novembre à l'Assemblée nationale. Les 150, eux, avaient rédigé à l'inverse la proposition suivante : "Augmenter le bonus pour les véhicules peu polluants, afin d’aider davantage les ménages et les professionnels dans leur évolution". Et ce, couplé à un important renforcement du "malus sur les véhicules polluants" en introduisant "le poids comme un des critères à prendre en compte". Alors qu'ils souhaitaient une taxe de dix euros par kilo à partir des véhicules d'1,4 tonne, l'Hôtel de Roquelaure a plutôt opté pour un malus écologique à partir d'1,8 tonne. De quoi changer la donne puisque, selon l'ADEME citée par Libération, les ventes de cette dernière catégorie de véhicules représentaient en 2019 1,74 % de la recette totale. Au contraire, celles de véhicules d'1,4 tonne et plus s'élevaient à 26 %. 

Quelques jours plus tard, c'est la notion d'écocide qui a été également mise sur la table de l'Elysée, rajoutant une couche au millefeuilles de déception encaissé par la Convention citoyenne. Tandis que celle-ci espérait la création du "crime", les ministres de la Justice et de l'Environnement ont assuré que le "délit" d'écocide verrait bientôt le jour. 

Le président sommé de "tenir parole"

La pétition aux 300 000 signatures adressée au "président de la République", lui demande ainsi de "tenir parole" et de "soumettre 'sans filtre', les propositions de la Convention citoyenne pour le climat au référendum, au Parlement ou à application réglementaire directe". Au nom des 150, Cyril Dion estime aussi que "discrètement", "le gouvernement est en train de détricoter et d'affaiblir bon nombre de leurs mesures avant de les soumettre au vote formel des députés ou des Français".

"Parce que vous l’avez promis, et parce que la crise climatique à venir ne s’accommodera pas de demi-mesures, nous vous demandons de tenir votre engagement formel et public", a-t-il affirmé sans détour. Il entend récolter 500 000 signatures au total. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison » sur notre boutique en ligne !

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs