Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

idées pratiques

Cinq gestes pour une randonnée écolo

©iyan hidayat / Pixabay

La randonnée pédestre est un sport très apprécié en France. Qu'elle soit pratiquée sur des reliefs durant plusieurs jours avec une tente sur le dos, ou bien le temps d'une après-midi ensoleillée en forêt, les mots d'ordre sont les mêmes : il faut limiter son impact sur la nature. 

Avec les vacances qui approchent, le retour des randonnées en pleine nature se précise pour les amateurs de grands espaces. À cette occasion, il faut rappeler que des gestes écoresponsables existent dans ce cadre, pour limiter son impact sur les milieux naturels que l'on traverse. 

Choisir du matériel de seconde main ou en louer

Le matériel est bien souvent le point de départ de la préparation d’une randonnée, particulièrement si elle comprend un bivouac par exemple. Dans ces cas-là, l’expédition peut nécessiter du matériel que l’on ne possède pas toujours (une tente, un duvet, etc.) et dont l’achat n’est pas forcément rentable si l’on ne pratique pas assidument la randonnée. La location constituera donc une option intéressante. Pour de l’équipement susceptible de servir plus fréquemment, on pourra chercher du côté de la seconde main. Vêtements techniques ou chaussures de marche peuvent être trouvés à bon prix, et il est préférable d’en faire l’acquisition plutôt que de les louer pour des questions de confort.  

Rester sur les sentiers battus

Pour ne pas causer de dommages sur les sols foulés lors de la randonnée, on veillera, lorsque c’est possible à rester sur les sentiers prévus à cet effet. La marche est un important facteur d’érosion des sols, en particulier dans les régions vallonnées ou montagneuses où les pentes s’érodent plus facilement que les sols plats. Du reste, ne pas empiéter sur les sols vierges est un moyen sûr de ne pas endommager la flore ou les petits organismes présents dans les milieux naturels traversés. Lorsque c’est inévitable, en cas de randonnée à plusieurs, l’on essaiera si possible de répartir le groupe en largeur et non pas les uns derrières les autres, pour ne pas multiplier le dérangement d'une zone donnée. 

Minimiser son impact sur la faune et la flore

Les randonnées sont généralement l’occasion de traverser des zones protégées, comme des parcs nationaux ou des parcs naturels régionaux, dans lesquelles la sauvegarde de la biodiversité et de l’intégrité du milieu est une priorité. Ainsi, dans les parcs et réserves, une partie de la flore est bien souvent strictement protégée et interdite à la cueillette. Concernant la faune, il est toujours préférable de ne pas nourrir les animaux sauvages, pour ne pas engendrer de dépendance à l’Homme, mais aussi parce que notre nourriture n’est pas forcément adaptée à leur organisme. Aussi, on évitera de planter sa tente trop près des points d’eau, car cela empêcherait les animaux de venir s’y abreuver.

Ne pas jeter ses déchets n’importe où

Ce point semble relever du bon sens, tant la randonnée incite au respect des espaces traversés. D’autant que la durée de vie de certains déchets dans la nature pourrait avoisiner le millénaire, à l’image des objets à base de plastique et de ses dérivés, et qu’ils participent à la pollution des zones sauvages. Dans ces dernières, pas de poubelle à disposition pour se débarrasser de ses détritus. Les seuls moyens de se faciliter la vie sont donc d’emporter des denrées alimentaires avec un emballage minimal, et de garder les déchets sur soi une fois les aliments consommés. De cette manière, l’encombrement sera minimal.

Préparer soi-même ses encas

Pour ne pas avoir à recourir à des sandwiches industriels emballés dans du plastique, la meilleure solution est encore de préparer son encas soi-même. En anticipant la veille ou dans les jours précédant le départ suivant la durée du périple, c’est l’assurance d’emporter une quantité de nourriture en adéquation avec ses besoins. On choisira bien sûr, de préférence, des aliments vertueux, comme des fruits ou légumes de saison ou des produits bio.

VIDÉO SUR LE MÊME SUJET

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs