Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Quand les internautes disent stop aux déchets jetés dans la nature !

Un masque jetable met approximativement 400 ans pour se dégrader dans la nature.
©REC Stock Footage/shutterstock

Le monde virtuel se mobilise en faveur de la nature. De plus en plus ces dernières semaines, les internautes utilisent les réseaux sociaux pour éveiller la conscience écologique, notamment face à l'afflux de masques jetés dans la nature. 

Emballages, masques, objets en plastique à usage unique… Sur les réseaux sociaux, la mobilisation pour l’environnement n’est pas en reste. Nombreux sont les internautes qui prennent actuellement position face aux gestes irresponsables de citoyens ou d'entreprises peu engagées.

À commencer par la pollution marine et ses conséquences sur la biodiversité. Le dernier rapport en date sur le sujet, "Breaking the plastic wave" réalisé par des experts pour l'ONG américaine The Pew Charitable Trusts, révèle que la quantité de plastique dans les océans devrait tripler en vingt ans. Cette croissance exponentielle des rejets dans les océans pourrait se traduire par une augmentation de la quantité de déchets plastiques flottants, qui passerait de 11 millions de tonnes par en recensés en 2016 à 30 millions en 2040. Les experts rappellent que ce problème ne peut être résolu qu’avec des initiatives étatiques plus rigoureuses, notamment en termes de recyclage du plastique et de son traitement.

Un manque d'actions

Par ailleurs, ce rapport pointe également le manque de recyclage, avec des taux encore inférieurs aux objectifs prévus. Selon Europe Plastics, la moyenne de recyclage des déchets plastiques a atteint 30 % en Europe, tandis que la France se situe à 26 %, bien loin de son objectif du 100 % recyclé en 2025. La sphère des réseaux sociaux s’est emparée de l’enjeu, notamment à la suite du lancement de la Charte pour des plages sans déchet plastique par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili en ce mois d'août.

En réponse à cette charte, les commentaires penchent plutôt vers l'incompréhension et mettent le point sur l'insuffisance des mesures prises pour lutter contre les déchets plastiques. 

Ces internautes critiquent également les actions de façade menées par certaines entreprises pour lutter contre l’usage des plastiques. Plusieurs vont même jusqu’à évoquer le greenwashing pratiqué par des grandes surfaces.


Le masque, un double risque  

La crise sanitaire de la Covid-19 amène par ailleurs avec elle le fléau des masques jetables délaissés dans la nature. Jetés au sol, ces masques présentent un double risque car ils peuvent contaminer indirectement les passants en plus de polluer la nature. "Un enfant qui se promène sur la plage pourrait ramasser un masque potentiellement infecté’’, s’inquiète Leïla Meistertzheim, co-fondatrice et présidente de Plastic@Seadans les colonnes de Sciences et Avenir.

En outre, fabriqués à partir d’un plastique résistant, le polypropylène, ces masques qui se retrouvent dans les océans nécessitent approximativement 400 ans pour se dégrader, tout en engendrant des microplastiques.

Ainsi, sur le réseau social Twitter, les internautes n'hésitent pas à partager les clichés des masques jetés au sol, dans des parkings et même dans les transports publics comme le train. 


Les initiatives pour lutter contre ces déchets 

Recyclage, réemploi et tri figurent parmi les principales solutions pour diminuer son impact sur l'environnement. Aussi, au-delà du mécontentement, les propositions d'alternatives aux plastiques et les pétitions pour plus d'actions se multiplient sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, pour endiguer ce fléau, le gouvernement interdira à compter du 1er janvier 2021, la vente de certains produits en plastiques à usage unique, comme les pailles, les couverts jetables, et les contenants en polystyrène.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.