Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Est-ce vraiment toujours dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes ? Depuis maintenant plusieurs années, les acteurs financiers s’ingénient à développer des solutions pour faire émerger un modèle intégrant mieux les enjeux de durabilité. Cette entreprise se matérialise en particulier par la prise en compte croissante de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les décisions d’investissement, et le marché fourmille désormais de produits "ISR" aussi variés que les attentes des investisseurs. À en croire les chiffres, l’Investissement Responsable représenterait déjà plus de 2 000 milliards d’euros d’encours rien qu’en France.

Mais face à l’urgence et à la complexité des enjeux sociétaux, va-t-on réellement assez vite et assez loin ? Aujourd’hui encore, l’intégration de l’ESG s’inscrit bien souvent dans une "simple" approche par les risques, et non dans une recherche d’impact concret sur l’environnement et la société. Pourtant, les besoins en financements sont colossaux. Surtout, cette quête de durabilité se heurte encore régulièrement à un mur qui semble infranchissable en l’état actuel des choses : celui de la recherche à tout prix de rendements attractifs, de profits records et, au fond, d’une croissance illimitée, qui semble a priori incompatible avec la transition écologique et sociale.

Mais peut-on vraiment aller au bout de ses convictions lorsque pèse le couperet des investisseurs et des obligations légales ? Ou faudrait-il, pour répondre au défi majeur auquel nous faisons face, réinventer le système financier pour le mettre réellement au service de l’économie réelle ?  En revoyant par exemple la façon même dont on conçoit la valeur d’un actif ? Ou en imaginant une économie basée sur la réutilisation des ressources, qui ferait émerger de nouveaux acteurs et en condamnerait d’autres ?

Voici quelques-unes des questions posées dans ce nouveau numéro Investir Durable #13, qui propose également au fil de ses 80 pages des décryptages sur de grandes tendances liées à la finance durable, et des rencontres avec les acteurs de l’industrie. Mais aussi des chiffres et des ressources pour naviguer au sein de cet écosystème en constante évolution.

Autres dossiers