LA PÉPITE

Un documentaire met à plat le rôle du design dans l'obsolescence programmée

Ore Streams

À l'occasion de l’exposition Broken Nature qui se déroule jusqu’au 1er septembre à la Triennale de Milan, le studio hollandais Formafantasma présente un travail multimédia inédit pour démonter et mettre à plat le rôle du design dans l'érosion des liens l’homme et la nature.

Andrea Trimarchi et Simone Farresin, deux designers basés à Amsterdam, viennent de passer trois ans à analyser le rôle du design dans la production sans cesse croissante d'objets et de déchets. Fruit des entretiens qu'ils ont effectués avec des professionnels du recyclage, des activistes, des législateurs et tout un tas d'autres experts et usagers, le projet Ore Streams ("flux de minerai", en français) met à disposition leurs recherches et conclusions. "Nous n'étions pas partis sur cela au départ, mais nous avons ressenti le besoin urgent de situer le contexte notre travail", ont-ils confié dans cet entretien.

Décortiquer l'obsolescence

Le travail en question, c'est un dispositif fait de vidéos, de visualisation et d'objets qui décortiquent méticuleusement la façon dont nos biens sont fabriqués et difficilement réutilisés. "D'ici 2080, les réserves de métal ne seront plus tant sous terre que dans nos objets du quotidien, dans nos téléphones, nos robots ménagers, dans ce qui bâtit notre confort et circule librement sur la surface de la terre dans une sorte de continent sans frontière", plaident les deux designers, désireux d'attirer ainsi l'attention sur le besoin de "re-exploiter" ces ressources mobilisées dans ces biens matériels et ces tonnes de déchets produits par notre consommation.

Avec la notion de minerai, ils souhaitent attirer l'attention sur une autre histoire du capitalisme - sur la manière dont ils sont extraits, utilisés, manufacturés puis jetés. Pour cela, la vidéo phare du dispositif (ci-dessous), d'une durée de 25 minutes, retrace l'histoire de l'exploitation minière et de la production massive d'objets à des prix de moins en moins élevés. On voit comment les ressources prises dans les sols de pays souvent moins développés sont utilisées dans des produits consommés dans des pays plus riches... Avant d'être renvoyées sous forme de déchets dans ces pays, qui sont alors re-minéralisés avec des objets démantelés par des populations pauvres, très jeunes, souvent non protégées...

Une autre forme de colonialisme

Les designers voient dans ce processus une autre forme de colonialisme : en élaborant des produits irréparables ou non recyclables, en utilisant de la colle plutôt que des vis, en allant vers du plus fin et du plus petit et compact, les fabricants sont responsables de ce processus, expliquent-ils. "Les pays les moins développés sont exploités deux fois, pour leurs minerais bruts, puis pour leurs décharges", ajoutent-ils avant de s'atteler aussi à l'histoire de l'obsolescence programmée :

Sans s'en tenir à une leçon d'histoire, Andrea Trimarchi et Simone Farresin formulent des recommandations pour les décideurs, les fabricants, les designers et les ingénieurs, "souvent ignorants des complications qu'ils génèrent pour les processus de recyclage", à l'image (fascinante !) de ce qu'illustre la vidéo suivante en montrant la difficulté qu'il y a à désassembler des Iphones, des ordinateurs, ou encore des frigos...

Pour eux, les designers ont le pouvoir d'élaborer des produits plus durables et recyclables. Dans la vidéo suivante, ils expliquent en quoi il serait possible de mettre en oeuvre un référentiel universel pour certains composants comme les vis, de limiter l'usage de la colle pour favoriser les systèmes de "clips", de se former aux modes de recyclage avant d'assembler différents types de matériaux, pour les éléments toxiques, etc.

À suivre

Pour alimenter la réflexion sur le rôle du design, le site de l'exposition Broken Nature dans le cadre de la Triennale de Milan est riche de nombreux supports. Si vous passez par Milan, c'est aussi l'occasion de découvrir des oeuvres du monde entier qui tentent de penser autrement le rôle du design dans le changement de nos sociétés et dans la relation de l'homme au reste du vivant.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.