Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Montpellier : une exposition pour dénoncer la pollution de l'eau par l'Homme

80 % du total de déchets plastiques accumulés en mer serait d’origine terrestre.
©Dotted Yeti/Shutterstock

A travers l'exposition "Eaux troublés", ouverte depuis ce mercredi 23 juin au Pavillon populaire de Montpellier, le photographe canadien Edward Burtynsky dénonce les ravages de la surexploitation sans vergogne par l'Homme d'une ressource vitale. 

L'exposition, visible au Pavillon Populaire jusqu'au 26 septembre, s'articule autour de sept thèmes - "Golfe du Mexique", "Désolation", "Contrôle", "Agriculture", "Aquaculture", "Aux bords de l'eau", "Source" - qui interrogent, à travers des tirages chromogéniques grand format adoptant une perspective aérienne, la capacité humaine à détruire ce qui lui est essentiel.

Le photographe né en 1955 dans l'Ontario (centre-est du Canada), dans une famille d'origine ukrainienne, "propose des images étonnantes et réellement efficaces, puisqu'elles révèlent la façon dont l'humanité façonne le monde, guidée par sa cupidité. La Terre, cependant, est épuisée et lance un appel à l'aide, notamment par le biais de la photographie", explique la commissaire de l'exposition, Enrica Vigano.

Contraste entre poésie des images et gravité des catastrophes

L'esthétique abstraite et poétique des images de Burtynsky contraste avec la gravité des catastrophes environnementales qu'il documente : vues du lac Owens, asséché en moins de dix ans pour alimenter en eau la ville de Los Angeles au début du XXème siècle, gigantesques barrages chinois qui forcent des millions de personnes à quitter leur domicile ou dramatique marée noire après l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon en 2010 dans le Golfe du Mexique.

La dernière thématique de l'exposition explore de manière contemplative deux edens - la région des Sources sacrées au Canada (Colombie-Britannique), pourtant menacés par plusieurs projets privés d'exploitation des ressources naturelles, et l'Islande.

Une réflexion sur "un élément essentiel à notre survie"

Le photographe, qui a découvert l'art en peignant des paysages avec son père à 7 ans et s'est passionné pour la photo dès l'âge de 11 ans, évoque à propos de son projet sur l'eau des compositions faisant référence à ses peintres préférés : Caspar David Friedrich, Jean Dubuffet, David Shapiro ou Richard Diebenkorn. "J'espère que ces images nourriront un processus de réflexion sur un élément essentiel à notre survie, un élément que nous tenons souvent pour acquis, jusqu'à son épuisement", avertit dans son texte d'intention Burtynsky, qui a débuté ce projet sur l'eau en Australie en 2007.

Le travail de l'artiste canadien, connu pour explorer l'impact des activités humaines sur l'environnement, est présent dans les collections d'une soixantaine de grands musées, dont le MoMA et le Solomon R. Guggenheim Museum à New York ou encore le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia de Madrid.

Avec AFP

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.