Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Film, Expo, BD : la rentrée culturelle sera verte

"Une fois que tu sais", le premier documentaire du réalisateur Emmanuel Cappellin sort au cinéma le 22 septembre prochain.
© Marcelina Cravat

Réflexions autour de l'effondrement climatique, célébration de la nature : les artistes continuent de s'emparer des thématiques environnementales en cette rentrée. A cette occasion, ID vous propose une sélection pour faire le plein de nouveautés. 

Pour commencer le mois de septembre du bon pied, un documentaire sur la crise écologique qui invite à passer à l’action, une BD pour rire avec la fin du monde et une expo pour s'évader au coeur de cerisiers en fleurs.

“Une fois que tu sais” 

Réalisé par Emmanuel Cappellin, en collaboration avec Anne-Marie Sangla, ce documentaire saisissant, en salles le 22 septembre prochain, interroge notre rapport face aux connaissances sur la réalité du changement climatique, et aux discours alarmistes des scientifiques sur l'effondrement de notre civilisation industrielle. A travers le récit intime et sensible du réalisateur, le film pose cette question : “Une fois que l’on sait, et qu’on y croit, que fait-on ?”

Pour le savoir, Emmanuel Cappellin part à la rencontre d’experts, comme la géographe allemande Susanne Moser, l’ingénieur et conférencier Jean Marc Jancovici, le collapsologue Pablo Servigne, ou l’écrivain américain et fondateur du Post Carbon Institut, Richard Heimberg. Des entretiens rares au cours desquels chacun tombe la blouse blanche et livre son ressenti. Tous appelle à une action collective et solidaire pour préparer une transition la plus humaine possible.

Une fois que tu sais

Dans Une fois que tu sais, le réalisateur donne également la parole à ceux qui vivent déjà les conséquences directes du réchauffement climatique, comme ces paysans et paysannes, qui, face aux inondations au Bangladesh, ont dû se tourner vers la pêche pour survivre. “Mais l’adaptation a ses limites. Et les gens devront un jour partir”, rappelle Saleemul Huq, directeur du centre international du changement climatique et du développement basé au Bangladesh.

Face à ces constats inquiétants, le film esquisse aussi des solutions. Certaines émergent à Saillans, dans la Drôme, un village où le réalisateur a posé ses valises et où l’ “on tâtonne, on cherche dès aujourd’hui des façons d’inventer une démocratie participative, d’accueillir des réfugiés, de repenser notre rapport à l’énergie...” 

“Les Catastrophobes” 

Peut-on rire avec le grand effondrement ? C’est en tout cas ce qu’a choisi de faire le dessinateur et scénariste Didier Tronchet avec son nouvel album intitulé Les Catastrophobes, Rions avec la fin du monde. “Je le fais maintenant, parce que le jour de la grande catastrophe, je ne suis pas sûr d’en être capable”, s’amuse-t-il. 

© Editions Fluide Glacial

Sorti le 1er septembre, ce tome 1 met en scène un couple qui s’oppose sur l’attitude à adopter face à la crise écologique. Déni, dérision, panique : leurs prises de position reflètent celles qui animent aujourd’hui la société. "Pour elle, il faut tout abandonner et partir vivre dans un refuge, loin du danger urbain. Lui est plus circonspect...quitter son petit confort ? Pas facile !" 

Un extrait des "Catastrophobes", sorti en librairie le 1er septembre.
© Editions Fluide Glacial

“Cerisiers en fleurs” 

Des branchages chargés de fleurs roses, vertes, bleues...Une explosion de couleurs jaillit des murs de la Fondation Cartier pour l’art contemporain , qui présente jusqu'au 2 janvier une trentaine de toiles issues de la dernière série de Damien Hirst, intitulée Cerisiers en fleurs. Sans commentaires, cette exposition invite le visiteur à s'immerger dans la peinture de l'artiste britannique qui oscille ici entre pointillisme, impressionnisme et action painting. Les oeuvres sont monumentales, presque vertigineuses.

“Je voulais qu’on ait l’impression de regarder un arbre par en dessous, qu’il n’y ait plus de gravité, comme sous une canopée”, raconte Damien Hirst, dans le film documentaire réalisé pour l’exposition. Une invitation à la contemplation, et une célébration joyeuse de la nature, et de sa beauté éphémère.

L'exposition a ouvert ses portes le 6 juillet, à Paris.
© Fondation Cartier
Damien Hirst a choisi de s'emparer du thème traditionnel de la peinture de paysage.
© Fondation Cartier
Une trentaine de toiles sont présentées parmi les 107 que compose la série.
© Fondation Cartier
Damien Hirst, dans son atelier.
© Fondation Cartier

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir ».

Au sommaire :  tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs