Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Portrait

Ce photographe parisien reverse la moitié de ses bénéfices à des associations engagées

Benjamin Marchand
©Nicolas Esteve
"World on fire"
©Benjamin Marchand
"Walk in wonderland"
©Benjamin Marchand
"Réflexion d'un palmier dans une flaque d'eau à Nice"
©Benjamin Marchand
"Last rays"
©Benjamin Marchand

Benjamin Marchand, jeune artiste de 23 ans originaire de la banlieue parisienne, consacre une très grande partie de son temps à la photographie, activité qu’il a décidé de monétiser afin de reverser la moitié des bénéfices à des associations œuvrant pour la planète.

Pour Benjamin Marchand, passion rime avec engagement. Cela fait maintenant une dizaine d’années que cet artiste de 23 ans a développé sa passion pour la photographie. Originaire de Boissy-Saint-Léger en région parisienne (Val-de-Marne), il a longtemps travaillé comme animateur en centres de loisirs après avoir obtenu son BAFA.

Après des études en audiovisuel écourtées par un manque de financement, le jeune homme s’est lancé en autodidacte dans deux de ses passions : la photographie et la vidéo. Aujourd’hui auto-entrepreneur, il désire allier son amour pour la photo avec des engagements forts qui lui tiennent à cœur : il a ainsi décidé de reverser la moitié des bénéfices issus de la vente de ses photographies à diverses associations engagées - à hauteur de 500 € dans un premier temps, espère-t-il.

"Nous vivons dans un monde ravagé par l'activité humaine, où quasiment tout est à refaire que ce soit sur le plan humain ou environnemental"

Cela fait environ trois mois que Benjamin, également animateur en centre de loisirs et réalisateur de clips, s’est lancé dans ce projet. "Cette démarche est un moyen de faire passer mes photos dans une autre dimension, qu’elles puissent servir une cause pour la planète, c’est ce qui me tient à cœur", confie-t-il. "Le fait de vendre mes photos et de pouvoir reverser une partie des bénéfices à des organisations, c’est une manière pour moi de contribuer à rééquilibrer ma vie et à agir pour l'environnement"."J’ai fait une première série test pour voir ce que les gens en pensaient et sur les huit tirages, six ont déjà été commandés". Cinq organisations choisies par l'artiste recevront la moitié des bénéfices découlant de ces ventes dans les prochaines semaines. Protection des animaux sauvages et de la forêt amazonienne, sauvetage de la faune australienne, aide aux sans-abri : ces dernières agissent aux quatre coins du monde. "Nous vivons dans un monde ravagé par l'activité humaine, où quasiment tout est à refaire que ce soit sur le plan humain ou environnemental", déplore le photographe. La suite de ses projets en vente sera publiée sur son compte Instagram ainsi que sur son site actuellement en travaux. 

Les organisations concernées :

l’Orangutan Foundation International
L'Orangutan Foundation International est une association Indonésienne œuvrant pour protéger les orangs-outans sauvages et leur habitat de forêt tropicale. "Sauvetage, réhabilitation et libération" sont leurs maîtres mots.

Conservation International
Conservation International a pour objectif de prendre soin de la nature et de la valoriser. L’organisation met en lumière les avantages essentiels que la nature offre à l'humanité. Leurs missions : protéger la nature pour le climat, conserver les océans, le développement et l’innovation.

ASPAS Nature
ASPAS Nature est une organisation française reconnue d’utilité publique et 100 % indépendante qui lutte pour la protection des animaux sauvages et de leur habitat.

Solistreet94
Cette association née à Boissy-Saint-Léger a été fondée par des proches du jeune photographe. Toutes les semaines, une équipe se rend à la gare de Lyon et aide les sans-abri en distribuant de la nourriture et des produits de première nécessité.

WIRES Wildlife Rescue
WIRES est une organisation australienne basée sur le sauvetage de la faune de son pays dont elle prend soin depuis plus de 30 ans. Leur mission est de réhabiliter et préserver activement la faune australienne et ainsi inspirer les autres à faire de même. Benjamin a pris connaissance de cette association grâce à des amis : "J’ai pas mal d’amis en Australie qui ont été touchés par les feux qui ravagent le pays et je me sens énormément concerné par tout cela."

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.