Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Écologie : quatre clips qui donnent envie de changer le monde

Avec "Brithplace", Novo Amor dénonce la pollution plastique dans les océans.
© capture d'écran / Birthplace / Novo Amor

Ils sont musiciens et dénoncent la pollution des océans, l'élevage industriel, la surconsommation ou encore l'utilisation des pesticides. ID a sélectionné pour vous quatre clips engagés qui dénoncent la destruction de la planète.

1 - Emily Loizeau - Viens avec moi mon beau pays

Elle fut l’une des premières signataires de l’appel "Nous voulons des coquelicots", réclamant l’interdiction des pesticides de synthèse. C’est pour soutenir cette cause qu’Emily Loizeau, auteure-compositrice et interprète Française, a sorti début 2019 son titre Viens avec moi mon beau pays, dont les bénéfices seront versés à l'association à l'origine de l'appel. "Toute une partie de la vie sur notre belle planète est en train de disparaître, annonçant un avenir proche terrible pour nous et nos enfants si nous ne faisons rien", alertait-elle dans une lettre ouverte publiée à l'occasion de la sortie du single le 13 février dernier. Le clip, réalisé par Cyril Dion, co-fondateur du Mouvement des Colibris, met notamment en image les marches citoyennes pour le climat. "Désormais, donc, je veux agir, à mon échelle, de manière concrète. L’Appel des Coquelicots est quelque chose de concret. [...] Il y a des réponses simples et précises qui passent par leur interdiction et par l’accompagnement des agriculteurs vers une transition écologique", poursuivait-elle dans la lettre.

2 - Moby & The Void Pacific Choir - In This Cold Place

" Ma carrière de musicien ne me préoccupe pas plus que ça, ce qui m’intéresse désormais, c’est de faire comprendre aux gens quelles sont mes motivations. Je préfère désormais utiliser ma célébrité et ma carrière à faire de la Terre un endroit plus vivable que de parler de moi ", expliquait en 2017 Moby pour MrMondialisation. Artiste engagé depuis le début de sa carrière, et plus particulièrement dans la cause animale, Moby est devenu vegan il y a maintenant presque 30 ans. Son engagement, il le manifeste au quotidien sur ses réseaux sociaux, et notamment sur Instagram. "Plus le temps passe, plus je veux que mon travail reflète mes convictions politiques, mon opinion et ce qui est important pour moi", expliquait-il en 2017 au HuffPost. Le clip de In this cold place, réalisé par l’anglais Steve Cutts, est une satire de notre société moderne. En s’inspirant d’anciens dessins-animés, il y dénonce les violences policières, les armes à feu, le sexisme, le consumérisme, l’exploitation des animaux, la pollution, la déforestation ou encore la guerre.

3 - Tryo - Greenwashing

Depuis la sortie en 1998 du tube L’hymne de nos campagnes, qui a propulsé le groupe sur le devant de la scène, l'engagement écologique est devenu le combat principal de Tryo, et une source d'inspiration pour leur musique. "La déforestation, la malbouffe, la pollution de l’air… le combat écologique est tellement vaste, c’est malheureusement une muse inépuisable", expliquait en 2017 Guizmo, membre du groupe, pour Reporterre. "Que nos chansons permettent de faire connaître des problèmes, des solutions ou des termes comme le "greenwashing", c’est bien, mais pas question de culpabiliser les gens", poursuivait Mali, autre membre du groupe. Les musiciens ont déjà travaillé avec de nombreuses ONG, dont Greenpeace, et soutenu des militants tels que le chef Raoni dans sa lutte contre le barrage de Belo Mont ou encore Paul Watson, fondateur de Sea Sheperd. Les musiciens ont également cherché à réduire l'empreinte carbone de leurs spectacles en utilisant des éclairages à basse consommation, en fabriquant des t-shirt en coton biologique ou en distribuant des gobelets en carton recyclés. Avec le titre Greenwashing, le groupe dénonce la société de consommation dans laquelle nous vivons.

4 - Novo Amor - Birthplace

Avec le clip de son single Birthplace, sorti en 2018, l’artiste gallois Ali John Meredith Lacay, alias Novo Amor, exprime son engagement pour la protection des océans. S'il y célèbre dans un premier temps la beauté des fonds marins, il y dénonce rapidement la pollution qui les ravage, en mettant en scène des déchets plastiques qui prennent la forme d’une baleine. "Actuellement, nos océans sont attaqués par un flot continu de déchets plastiques. Une tumeur à croissance rapide dont nous sommes responsables […] Avec cette vidéo, nous voulons sensibiliser le public au problème plastique et partager des idées sur ce que nous pouvons faire pour inverser la tendance", peut-on lire sur le site internet de l’artiste. Site sur lequel l'artiste propose les quelques gestes à adopter pour ne pas participer à cette pollution : réduire sa consommation de plastique, acheter en vrac, participer à des actions de ramassage des déchets sur les plages, etc.

L'invité surprise : Maître GIMS - Le Pire

"La vie, un terrain glissant, mais dans quel monde nous vivons ?", se questionne Maître GIMS dans Le Pire, extrait de son dernier album "Ceinture Noire". Dans le clip du single, le rappeur Congolaire  dénonce la destruction de la planète et met en images la fonte des glaces, la guerre, la pollution de l'air et des océans et les catastrophes naturelles dues au changement climatique.