ID d'ailleurs

Terminé, les bouteilles d'eau en plastique à l'aéroport de San Francisco

©JHVEPhoto/Shutterstock

C'est acté. À compter du 20 août prochain, il ne sera plus possible d'acheter des bouteilles d'eau en plastique avant de prendre son vol dans l'aéroport international de San Francisco. 

Pour s'hydrater, il restera deux options : amener sa gourde et la remplir d'eau, ou acheter des bouteilles d'eau... En verre, en aluminium recyclé ou en matériaux compostables certifiés. Les restaurants, les magasins d'appoint et les distributeurs de l'aéroport international de San Francisco (SFO) ne pourront plus distribuer de bouteilles d'eau en plastique comme on en trouve partout aujourd'hui, nous apprend The Guardian

L'annonce a été faite dans le cadre du plan stratégique quinquennal de l'aéroport, lancé en 2016, qui prévoit que le site deviendra une installation "zéro déchet à la décharge" d'ici 2021. "Nous avons attendu jusqu’à présent car il y a quelques années, il n’existait aucun marché offrant une alternative à l’eau dans une bouteille en plastique", a indiqué Doug Yakel, responsable de l’information du SFO, au quotidien britannique. Selon l'aéroport, qui limite déjà en son sein la distribution de serviettes de table, de tasses à café à usage unique et de baguettes, chaque client occasionne à son passage environ 0,225 grammes de déchets.

L'aéroport a, au préalable, installé 100 stations de remplissage de bouteilles d'eau. Les restaurants ont aussi pour obligation de fournir uniquement sur demande des objets à usage unique à leurs clients, et non systématiquement. 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.