Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Supermarchés coopératifs : un mode de distribution alternatif qui fleurit partout en France

©Iakov Filimonov / Shutterstock

Être à la fois client, sociétaire et travailleur bénévole, c’est possible. Et ce, grâce aux supermarchés coopératifs. Si la toute première enseigne a émergée en France en 2017, ils sont aujourd’hui près d'une quarantaine à avoir emboîté le pas.

Au four et au moulin. La démocratisation des supermarchés coopératifs en France a bousculé le paradigme de la grande distribution. À la fois client, sociétaire et travailleur bénévole, le client n’est désormais plus "roi" mais acteur essentiel de son supermarché. Si ce concept s’est implanté sur le territoire il y a peu, il est néanmoins en plein essor, avec près de quarante magasins dans l'Hexagone. Vieux de plusieurs décennies, c’est en 1973 que ce concept a vu le jour outre-Atlantique. C’est plus précisément à New York, dans le quartier de Brooklyn, qu’est né le Park Slope Food Coop, un supermarché coopératif qui compte aujourd’hui plus de 16400 membres. 

See full screen

Dans le détail, la participation à un supermarché coopératif français n’est possible que selon le respect de quelques règles. "Le premier critère, c’est d’être coopérateur. Donc d’acheter une part de la coopérative qui est de 10 part de 10 euros, donc 100 euros. Cependant, on ne demande que 10 euros pour les étudiants et les minimas sociaux", détaille Christelle Chevalley, présidente du supermarché coopératif la Grande Épicerie Générale, à Nancy. En outre, une telle participation requiert également d’investir de son temps dans la coopérative : "Le deuxième impératif est de donner trois heures dans la boutique par mois, toutes les quatre semaines, puisque nous n’avons pas de salariés actuellement". "Nous prenons une marge de 20 % sur tous les produits quels qu’ils soient. Donc c’est complètement transparent pour le consommateur, mais aussi pour le producteur qui sait à quel prix nous vendons ses produits", termine Christelle Chevalley.

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : comment mettre plus de végétal, de local et de saison dans vos assiettes, le témoignage de notre journaliste qui a décidé de limiter sa consommation de viande au quotidien, le bilan carbone de nos aliments, des alternatives moins polluantes pour nos plats régionaux...Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et profiter d’un tarif préférentiel en préventes, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.