Conso

Quelques clés pour se déplacer en mode "écolo"

©Diego Cervo/Shutterstock

A l'occasion de la sortie de l'ouvrage "Changer d'ère, l'air de rien. Le guide pratique pour réussir sa transition", signé Valère Corréard, ID vous partage huit extraits issus de ses huit chapitres, pour faire quelques pas vers un quotidien plus durable. 5e extrait : Se déplacer en mode "écolo".

Plus de la moitié de nos déplacements concernent trois types de trajets : travailler, faire les courses et accompagner une tierce personne. Comment se déplacer mieux ?

Vous ne pouvez pas vous passer de la voiture ? 

  • Covoiturez !

Cinquante millions de membres dans vingt-deux pays, voici ce que représente BlaBlaCar, entreprise valorisée à 1,5 milliard d’euros. Créée en 2006 par Frédéric Mazzella, elle emploie aujourd’hui 500 salariés, ce qui en fait le leader mondial du covoiturage. Son utilisation est simple et efficace. Vous partez en voiture ? Publiez votre trajet et choisissez des covoitureurs qui participeront aux frais du voyage. Vous voulez aller quelque part mais n’êtes pas véhiculé ? Même démarche. Côté tarif, c’est intéressant pour les deux parties : Paris-Lyon à partir de 30 euros ou Bordeaux-Toulouse dès 17 euros. Partager une voiture, c’est plus écologique, plus économique ; c’est également l’opportunité de faire des rencontres et de mettre un peu de convivialité dans ses déplacements.
Pour les trajets quotidiens, on se rend sur l’application BlaBlaCar.

  • Louez une voiture pour 1 euro

Grâce à LuckyLoc, une plateforme qui vous propose de louer une voiture ou un utilitaire à un prix symbolique : vous devenez convoyeur pour des agences de location de véhicules, des entreprises, ou même des particuliers qui ont besoin que leur véhicule aille d’un point A à un point B. 

Si cela correspond à votre trajet, tout le monde s’y retrouve. Vous payez l’essence et l’autoroute en plus d’un euro, et le partenaire évite des frais de transport importants. Le bilan carbone est optimisé, puisque les deux déplacements auraient eu lieu de toute façon. Petite contrainte, cependant : il faut que deux parties intéressées par un même trajet entrent en relation au même moment. LuckyLoc propose un système d’alerte pour que vous soyez immédiatement informé de la mise en ligne de votre trajet favori pour un aller simple. Ce mode de fonctionnement n’est pas forcément le plus pratique, mais il paraît difficile de battre le tarif d’un euro les 24 à 48 heures de location...

En bref...

Drivy est un site collaboratif de location de voitures entre particuliers. Les internautes y sont loueurs ou locataires. Le site est pourvu d’un système de géolocalisation et propose des prix plutôt bas. Il favorise la n du "tous propriétaires" et peut sans doute encourager certains foyers à ne pas s’équiper d’une voiture !

  • L'écoconduite pour moins consommer et moins polluer : un boîtier pour apprendre

WeNow, c’est une autre manière de rouler, plus souple, qui joue sur les accélérations douces, les décélérations contrôlées et d’autres astuces pour consommer jusqu’à 15 % de moins. Vous l’avez compris, il y a un coup de main à prendre, ce qui ne se fait pas du jour au lendemain, d’où l’idée de WeNow : installer dans votre voiture un boîtier relié à une application. Ce système va vous coacher au volant, vous donner des conseils et mesurer vos performances. Objectif : devenir un écoconducteur. 

Mais cela ne suffira pas à neutraliser votre bilan carbone : vous pourrez donc coupler le service à une option supplémentaire, pour compenser 100 % de votre consommation réelle, en soutenant des programmes proposés par la start-up : protection d’une forêt au Zimbabwe, purification d’eau au Kenya... Vous aurez le choix.

Côté prix : 15 euros le boîtier et 9,99 euros par mois d’abonnement et de participation aux programmes de compensation carbone. Avec au minimum 84 euros d’économie de carburant par an, vous vous y retrouverez vite et la planète aussi ! 

  • Ecoconduire et moins conduire

GECO Air est une application gratuite qui accompagne les conducteurs pour améliorer leur style de conduite et les aider à réduire leurs émissions de polluants. Développée par l’IFP Energies nouvelles (Ifpen), un organisme public spécialisé dans la recherche sur l’énergie, avec le soutien de l’ADEME, cette application analyse vos déplacements et leurs conséquences sur l’environnement.

Le postulat de départ est que "chacun d’entre nous, à son échelle, peut réduire les émissions polluantes liées à ses déplacements : en adaptant au quotidien son style de conduite (plus souple) et en privilégiant les modes de transport “doux” (vélo, transports en commun). Lorsque vous vous déplacez, GECO Air détecte votre mode
de transport et la pollution qu’il occasionne. Si vous êtes en voiture (la consommation de carburant peut varier du simple au double), l’application analyse votre comportement en fonction de votre conduite et vous donne des conseils pour vous améliorer au volant et devenir un éco-conducteur. Enfin, l’application recommande des modes de transport alternatifs à la voiture quand cela est possible.

Vous avez dit actifs ?

  • Être payé pour pédaler 

Pédaler contre rémunération, c’est le concept proposé par cette société qui fait de votre deux-roues un objet publicitaire. Les roues sont équipées de jantes spéciales arborant une publicité. Vous êtes géolocalisé avec votre téléphone et vous voilà rémunéré pour pédaler ! Ecovélo est né à Nantes et propose ses services dans plusieurs grandes villes comme Strasbourg, Toulouse, Lille, Paris ou Nice. Evidemment, vous roulez où vous voulez et quand vous voulez.

Le calcul de votre rémunération est automatisé et vous pouvez espérer gagner jusqu’à 125 euros par mois. Côté "pollution visuelle", la start-up vise 1 % du marché des vélos en France, avec des espaces de publicité de 1 m2. Après tout, si la pub peut nous pousser à rouler à vélo... Attention tout de même, votre bicyclette devra subir quelques transformations (à vos frais) pour être compatible.

  • Quand une ville lance un service de prêt gratuit de... trottinettes

Initiée par le conseil municipal des jeunes, cette idée originale nous vient de Baillargues, près de Montpellier. Pour son maire, Jean-Luc Meissonnier, il s’agit d’inciter les habitants de la commune à laisser tomber leur voiture et à utiliser un mode de transport encore plus pratique que le vélo. Le service Be Trotti permet d’emprunter gratuitement l’une des trottinettes mises à disposition par la mairie. L’objectif est de sensibiliser la population aux modes de transport dits "actifs" (dont la seule énergie est humaine). Mais pas uniquement, explique Jean-Luc Meissonnier : "Au début, cette initiative a pu paraître un peu saugrenue et, au final, on s’aperçoit qu’elle rencontre un vif succès. Nous avons une gare TER à Baillargues, ce qui nous permet de rejoindre le centre-ville de Montpellier en huit minutes. Contrairement à un vélo, qui est encombrant, la trottinette offre l’avantage de pouvoir nous accompagner dans le TER et d’être pliée. A l’arrivée à Montpellier, il suffit de la déplier. C’est quand même beaucoup plus pratique."

"Changer d'ère, l'air de rien. Le guide pratique pour réussir sa transition" aux éditions Rue de l'Echiquier, mai 2018. Par Valère Corréard. 

©Couverture "Changer d'ère, l'air de rien" de Valère Corréard

Source : Ifpen, www.ifpenergiesnouvelles.fr