DESTINATIONS ENGAGÉES

Les Mazures : un éco-logis entre l'Amiénois et la baie de Somme

Ces chambres d'hôtes sont situées à Beaumetz, dans la Somme.
©Les Mazures

Chaque fin de semaine, ID vous propose de découvrir des destinations touristiques françaises éco-responsables. Rendez-vous dans la Somme, à la découverte de l'éco-logis "Les Mazures". 

À Beaumetz, à deux pas de la baie de Somme, une maison d'hôtes éco-responsable baptisée "Les Mazures" propose à ses clients un véritable retour aux sources. ID s'est entretenu avec Vincent Caplier, co-fondateur avec Peter Clark de cet éco-logis labellisé Gîtes de France (trois épis), Clef Verte et Accueil Vélo

Depuis quand et pourquoi vous êtes-vous tous les deux lancés dans ce projet de maison d'hôtes éco-responsable ?

Au départ, en 2007, c'était un projet de vie commune. Le principe d'une maison d'hôtes éco-responsable n'est pas venu tout de suite. Nous avons cherché une maison adaptée à restaurer mais nous n'en trouvions pas. Nous avons donc fait le choix de construire et c'est là que tout a commencé à se mettre en place, très naturellement. Tant qu'à construire, nous nous sommes dit : "Autant faire les choses bien". La règlementation thermique de 2012 commençait à être ébauchée et dès 2007, nous avons pris cette ébauche comme support. Nous avons rencontré un architecte et nous avons mis en place ce qui était maîtrisé à l'époque : l'isolation extérieure et les principes bioclimatiques. On retrouve en plus des constantes de l'habitat local puisqu'il s'agit d'une longère : ces constantes ont été modernisées. 

©Les Mazures

Comment cet habitat durable a-t-il été conçu ?

C'est un habitat modulable, avec une coque protectrice parfaitement isolée. La structure est en acier, c'est donc une construction très légère et très facile à mettre en œuvre. Les murs ne sont que de l'isolant, et on a une protection extérieure, soit avec la toiture qui descend jusqu'au sol dans la partie nord, soit avec un bardage bois. La partie nord est quasiment fermée et la partie sud est ouverte au maximum avec des baies vitrées. Ce qui est intéressant aussi, c'est notre espace de vie central : nous reprenons des principes de construction très proches de Le Corbusier et de l'habitat japonais. L'espace de vie organise l'ensemble du bâtiment et les espaces de nuit sont en périphérie. 

©Les Mazures

À quel moment avez-vous obtenu le label Clef Verte ? 

Nous avions déjà nous-mêmes certains comportements en termes de limitation des déchets et de consommation d'eau notamment. Nous les avons mis en place sans vraiment y réfléchir. Nous nous sommes rendus compte de la démarche que nous avions à l'occasion d'une réunion de la Clef Verte (ndlr : label environnemental international pour l'hébergement touristique et la restauration), à laquelle nous nous sommes rendus par curiosité six mois avant notre ouverture. Nous avons regardé leur fiche de critères d'évaluation et nous avons réalisé que nous remplissions la majorité d'entre-eux. Nous avons obtenu le label à l'ouverture. 

©Les Mazures

Quels sont vos engagements pour l'environnement ? 

Nous réduisons autant que possible notre consommation d'électricité et d'eau, par exemple avec des réducteurs d'eau au niveau des robinets, tout en veillant à sensibiliser nos invités. Si l'on met des réducteurs d'eau mais que les gens prennent dix douches dans la journée, cela ne va pas fonctionner. Ce volet informatif responsabilise l'hôte. Nous faisons d'ailleurs une mesure mensuelle de nos consommations d'eau et d'électricité pour voir s'il y a eu un dérapage. Côté électricité, nos appareils consomment peu, nous avons un poêle à bois et un chauffe-eau thermodynamique. Nous donnons par ailleurs à nos hôtes des pistes d'activités responsables, des activités douces comme le vélo, la randonnée, et nous leur apportons l'expertise du territoire. 

©Les Mazures

Côté alimentation, comment choisissez-vous vos produits ?

Nous proposons une table d'hôtes et nous faisons en sorte d'avoir des petits-déjeuners et des repas les plus verts possible, avec des produits locaux et en insufflant le bio autant que nous le pouvons. Notre potager est en bio et c'est une grande partie de notre approvisionnement en fruits et en légumes. Nous travaillons aussi avec des maraîchers du coin

©Les Mazures

Quels retours recevez-vous de vos hôtes ? Viennent-ils séjourner chez vous pour votre engagement ?

C'est très variable. Ils ne viennent pas en majorité par rapport à notre démarche, mais certains oui. Quand ce n'est pas ce qui a déclenché la réservation, c'est quand-même un engagement qui les touche : ils nous l'indiquent d'ailleurs souvent dans les commentaires. Nous avons un panel très variable entre les personnes qui sont très impliquées pour l'environnement et celles que cela n'intéresse pas du tout. Les deux extrêmes peuvent d'ailleurs poser problème : la personne qui n'a aucune affinité environnementale va parfois être perturbée par notre démarche et la trouver superflue. Là où nous sommes très vigilants, c'est qu'il n'y a pas d'approche moralisatrice. Mais pour les gens qui se considèrent très écolos, l'engagement n'est pas abouti : par exemple le fait qu'il n'y ait pas de panneaux solaires sur la maison va les déranger alors que ce n'est pas une nécessité, même si cette évolution pourra intervenir par la suite. Notre démarche, avant de créer une source d'énergie, est de limiter sa consommation. Récemment, nous avons aussi mis en place une véritable politique RSE (ndlr : responsabilité sociétale des entreprises, qui s'engagent à prendre en compte des enjeux environnementaux, sociaux et éthiques) au sein de notre éco-logis. Notre jardin s'inscrit par ailleurs dans une démarche en faveur de la biodiversité.

©Les Mazures

Que peut-on découvrir dans votre coin ?

Nous sommes au milieu du territoire (ndlr : des Hauts-de-France). Sur toute la partie ouest on a la Picardie maritime, et la Côte d'Opale au nord. Donc vous avez le sud de la Côte d'Opale, la baie d'Authie, la baie de Somme, et les falaises qui vont jusqu'au Tréport. Vous avez un enchaînement de paysages sur une portion de territoire assez petite. On retrouve quasiment tout : de la plage, de la dune, du minéral avec les plages de galets, les falaises, et les baies. Tout cela est très riche en faune et en flore. Une des grandes découvertes de la région est l'observation des oiseaux notamment au parc du Marquenterre dans la baie de Somme. Il existe aussi d'autres petites réserves moins connues comme le hâble d'Ault, le versant parfaitement naturel du parc du Marquenterre, qui lui a été créé par l'Homme. 

Le site Web des Mazures : www.lesmazures.com