Conso

Les climatiseurs, véritable fléau pour la planète ?

L'Agence internationale de l'énergie conseille l'utilisation d'appareils moins gourmands en énergie.
©Butsaya/Shutterstock

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) met en garde sur les dangers de la généralisation de la climatisation à travers le monde dans un rapport dévoilé le 15 mai : elle prône l'utilisation d'appareils moins gourmands en énergie.

"Sans intervention, la demande énergétique des climatiseurs va plus que tripler d'ici à 2050 et équivaudra à la demande en électricité actuelle de la Chine", souligne Fatih Birol, le directeur exécutif de l'agence, dans son introduction au rapport consacré au sujet et intitulé "Le Futur du refroidissement". 

Bientôt 5,6 milliards de climatiseurs ?

Le nombre de climatiseurs doit ainsi atteindre 5,6 milliards d'ici à 2050, contre 1,6 milliard aujourd'hui. Selon les experts de l'AIE, les climatiseurs et les ventilateurs représentent déjà près de 20 % de l'électricité totale consommée dans les bâtiments à l'heure actuelle.

Cette consommation est concentrée aux États-Unis, au Japon et de plus en plus en Chine, mais elle devrait progresser fortement avec le développement économique et démographique de pays chauds comme l'Inde.

L'accès généralisé à un air tempéré "aura un impact significatif sur la demande énergétique globale des pays concernés, mettant la pression sur les réseaux électriques et faisant augmenter les émissions (de gaz à effets de serre) locales et mondiales", met en garde le rapport.

Vers des climatiseurs plus efficaces

Pour l'AIE, la mesure la plus urgente et la plus facile à mettre en oeuvre consiste à s'assurer que tous les nouveaux climatiseurs soient beaucoup plus efficaces en termes de consommation d'énergie. Cela pourrait diviser par deux la croissance des besoins énergétiques liés à l'air conditionné.

Les appareils ne se valent en effet pas tous : ceux vendus au Japon et dans l'Union européenne aujourd'hui s'avèrent ainsi 25 % plus efficaces en moyenne que ceux commercialisés aux États-Unis et en Chine.

La demande en énergie émanant de l'air conditionné pourrait même rester inchangée si des mesures en faveur de l'efficacité énergétique des bâtiments étaient également prises, juge l'AIE.

Avec AFP