Conso

La consigne va-t-elle faire son grand retour en France ?

Une fois les produits terminés, les consommateurs placent leurs emballages vides dans le sac Loop et se rendent sur leur espace personnel afin de programmer un retour.
©Loop

Faire ses courses est souvent synonyme, une fois de retour chez soi, d'une poubelle de recyclage pleine à craquer d'emballages. Telle est notre fatalité, à moins de vraiment parvenir à faire des courses zéro déchet de A à Z, ce qui constitue un vaste défi pour certaines catégories de produits. L'ère du tout jetable a peu à peu bazardé le système de la consigne en France, mais plusieurs porteurs de projets tentent de le faire revenir à la sauce 2019. 

Et c'est notamment le pari osé que fait aujourd'hui Loop, fruit d'un partenariat entre l'enseigne Carrefour et le spécialiste dans le recyclage des déchets considérés comme difficilement recyclables, TerraCycle. Tous deux se sont associés à plusieurs multinationales et marques afin de proposer, pour l'instant à l'Île-de-France, une solution de e-commerce circulaire initiée au Forum économique de Davos en janvier dernier. Son inauguration avait lieu le 15 mai à Paris, soulevant curiosité et interrogations. 

La production des déchets qui s'est accélérée depuis un demi-siècle, est devenue l'une des crises majeures auxquelles nous devons faire face - Tom Szaky, fondateur et PDG de TerraCycle et Loop.

Le concept : un site internet, maboutiqueloop.fr, sur lequel les Français font leurs courses (épicerie, hygiène etc.) comme ils le feraient sur une plateforme de e-commerce de grande distribution... Ou presque. Dans ce cas précis, une somme s'ajoute au prix d'achat de chaque produit : celle-ci correspond à une consigne, qui, par définition, se voit remboursée une fois l'emballage du dit-produit retourné. Les produits sont livrés dans un sac : les consommateurs n'ont qu'à déposer leurs emballages dans le sac une fois les produits terminés, puis à programmer le retour de ceux-ci via leur espace personnel, sur la plateforme. Un transporteur se charge alors de venir chercher le sac directement à domicile. À ce stade, soit le consommateur demande à se faire livrer le même produit via l'option de remplissage automatique, soit il se fait rembourser le montant de la consigne versée. L'entreprise assure que tous les emballages retournés sont alors réutilisés (après avoir été nettoyés et stérilisés) ou recyclés au besoin. Terminé le recours aux emballages à usage unique en commandant sur des plateformes de e-commerce "classiques" : mais avec ce système, qui implique pas mal de transport, le bilan carbone est-il meilleur ? Selon TerraCycle, oui, transport inclus, à partir de cinq "loops". Laure Cucuron, directrice générale de Terracycle, de préciser : "Les analyses de cycle de vie vont pouvoir être faites tout au long du développement de la plateforme. Nous y travaillons avec nos partenaires pour montrer que ce système a son intérêt."

Ce n'est pas une initiative gadget - Bruno de Fougeroux, directeur général de Danone Eaux France et Bénélux

La plateforme, pour l'instant disponible à Paris et en région parisienne mais aussi dans le Nord-Est des États-Unis et qui devrait s'étendre dans un premier temps au Canada, au Royaume-Uni, en Allemagne et au Japon, propose actuellement des produits de la marque Carrefour mais également Danone, Lesieur, Bic, Procter & Gamble, Unilever, Coca-Cola, Nestlé, Fleury Michon, Colgate-Palmolive (25 grandes marques au total)... 

Un démaquillant de la marque CoZie dans un emballage consigné.
©CoZie

...Mais aussi de plus petites entreprises, comme CoZie, marque de cosmétiques biologiques made in France fondée par la blogueuse Louise Salvati, ou Les Petits Bidons, des lessives "écolos et engagées". Son fondateur, Cyril Neves, affirme : "Proposer une lessive naturelle, fabriquée en France et sans huile de palme était déjà une première grande étape pour notre jeune start-up. S’associer à Loop nous permet d’aller encore plus loin sur la problématique des emballages et de l’économie circulaire en développant ensemble une nouvelle façon de consommer éco-responsable grâce au retour de la consigne." 

"Belle petite histoire" ou vrai changement ?

Le projet "Loop" demeurera-t-il une jolie petite histoire racontée un beau jour de mai dans les médias, ou deviendra-t-il une véritable solution applicable à grande échelle pour en finir avec les emballages à usage unique, une évidence pour les générations à venir ? C'est la question qu'a notamment posée ID à l'ensemble des acteurs venus présenter la plateforme le 15 mai au Palais de Tokyo. "Il faut d'abord comprendre comment ça marche, et le faire bien, estime Bruno de Fougeroux, directeur général de Danone Eaux France et Bénélux. C'est un peu comme le mouvement vers la voiture électrique : il faut s'assurer qu'on le fasse bien et de manière responsable. C'est pareil ici. On a lancé de notre côté des bouteilles en PET recyclé et on est en train de le faire dans tous les pays du monde : ces initiatives, une fois qu'elles marchent, on les applique à grande échelle, et c'est exactement pareil pour Loop. Ce n'est pas une initiative gadget."

Loop sera lancé à New York le 21 mai, puis à Londres à la fin de l'année. À noter que Carrefour intégrera Loop sur son site de e-commerce fin 2019.