ID de saison

La "banane française équitable" verra le jour en mai

La nouvelle appellation "banane française équitable" vient d’être lancée par l'Union des groupements de producteurs de bananes.
©pp1/Shutterstock

Si l’on peut déjà consommer des bananes équitables, celles-ci ne sont pas françaises. Cela changera très prochainement : les producteurs de Guadeloupe et de Martinique lanceront dès mai une "banane française équitable". ID vous rappelle à cette occasion les bienfaits de ce fruit délicieux et vous propose la recette de saison du chef Laurent Pelhâte.

On trouvera bientôt en France des bananes portant l’appellation"bananes françaises équitables" : celles-ci garantiront un revenu aux exploitations modestes. Chaque banane sera vendue cinq centimes plus cher, soit 50 centimes au lieu de 45, les cultivateurs devant respecter un cahier des charges strict – respect de normes environnementales et sociales entres autres. Les producteurs antillais de bananes en ont fait l’annonce durant le dernier Salon de l’Agriculture.

Ce fruit se cuisine aussi comme un légume ; ses vertus sont telles que seule son origine tropicale, qui alourdit son impact sur le climat, inciterait à modérer sa consommation. Habituellement, nous consommons  les bananes dessert qui sont sucrées. Ce goût sucré provient de sa richesse en glucides. Ce fruit gorgé de fibres est une bonne réserve d’énergie qui avec sa texture moelleuse et dense se digère facilement.

Sa saison :

Disponible toute l’année, la banane est le fruit le plus consommé après la pomme en France. Près de 80 % des bananes consommées en France proviennent de la Guadeloupe, de la Martinique et un peu de la Réunion.

Son histoire :

La banane serait, avec plus de 12 000 ans, la première culture alimentaire de l’homme. A la fin du XVe siècle aux Antilles les européens la découvrent mais elle ne sera distribuée en Europe qu’au XIXe siècle. Le nom "banane" viendrait du portugais, lui-même sans doute dérivé de l’arabe "banan" qui signifie "doigts". De nos jours, la concurrence mondiale pour produire des bananes est telle que pour intensifier sa production en Guadeloupe certains sols ont été durablement pollués au chlordécone.

Son mode de consommation :

La banane se consomme crue, poêlée, flambée ou cuite au four. Plutôt considérée comme un dessert, elle accompagne aussi les viandes et peut être cuisinée en gratin ou frite. Il existe 1000 à 1500 variétés de bananes dans le monde. Certaines à chair sucrée, comme la Cavendish et d'autres à chair riche en amidon, les bananes à cuire comme la Plantain. Elles peuvent être courtes, carrées, rondes, droites, courbées, vertes, jaunes, roses, tachetées, dorées, et même rayées !

Son poids carbone :

Le poids carbone d’un kilo de bananes (1694 gr de CO2) est élevé pour un fruit du fait de sa provenance tropicale. Avec 548 gr de CO2 par part de tarte, le poids carbone de la recette proposée par Laurent Pelhâte reste lui raisonnable. Comme souvent dans les pâtisseries, le beurre et la crème fraiche sont les ingrédients les plus lourds et ils génèrent également beaucoup de calories : 550 par part pour 10 grammes de protéines.

Pour limiter le gaspillage :

Selon une recette de grand-mère, l’intérieur de la peau de banane peut servir pour cirer ses chaussures.

La recette du chef engagé dans le végétal : Laurent Pelhâte

©Gaël Nicolet/ID