Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

J’ai testé pour vous : un déodorant bio, 100% naturel et zéro déchet

Crash-test du déodorant Les Enfants Sauvages !
© Ambre Saclier

ID informe, ID cherche, … et ID teste ! Aujourd’hui, le déodorant Les Enfants Sauvages passe au crible. Comment mieux acheter ? Dans quels pièges ne pas tomber ? Suivez le guide ! 

Bio, 100% naturel et zéro-déchet : c’est comme cela que se présente le nouveau déodorant rechargeable de la marque les Enfants Sauvages. Tient-il ses promesses ? Lançons le crash-test !  

L’emballage est-il respectueux de l’environnement ? 

Premier test facilement réalisable : l’emballage en lui-même. En plus des nouvelles réglementations dans la lutte contre l’usage intempestif de plastique, les marques doivent aussi se plier aux attentes des consommateurs qui ne sont plus dupes : l’explosion du #ExcessivePackaging sur Twitter est un bon exemple. 

Je reçois mes produits Les Enfants Sauvages par La Poste plutôt rapidement. Le colis en carton est petit, juste ce qu’il faut pour contenir les deux flacons et quelques papiers pour les protéger, le tout sans aucun plastique. 

Petit format = lutte contre l'espace vide des colis !
© Ambre Saclier

Deuxième point positif pour le packaging : je découvre deux flacons en verre réutilisables et rechargeables. Sobre et pratique, le flacon à bille ne s’achète en fait qu’une fois : dès qu’il est vide, on transvase la recharge dedans et on renvoie le flacon vide à la marque qui les nettoie et les réutilise. Presque un système de consigne finalement ! Le fonctionnement est bien expliqué dans la petite notice envoyée avec le colis, en papier recyclé et imprimée avec l’encre à l’eau : elle est donc compostable. . 

Pas de superflu, pas de plastique = un sans faute pour l'emballage !
© Ambre Saclier

Les ingrédients sont-ils bons pour ma peau ? 

L’argument écologique ne justifie pas seul les nouvelles attentes des consommateurs : ils veulent aussi des ingrédients sains, bons pour leur santé et pour leur peau. 

Si l’on voit fleurir de nouvelles mentions et de nouvelles labellisations bio sur les packagings des produits, il reste cependant difficile de s’y retrouver parmi toutes ces informations. 

En effet, bien qu’il existe une liste de grandes interdictions communes aux différents cahiers des charges des labels biologiques, certains sont plus exigeants que d’autres. La charte bio demande un minimum de seulement 10% de produits bio sur le total des ingrédients : un pourcentage qui reste faible pour assurer une réelle traçabilité des produits.

C’est alors à nous, consommateurs, de se renseigner pour bien comprendre. 

Le déodorant les Enfants Sauvages certifie contenir 76% de produits bio, soit 7,6 fois plus que ce que nécessite la labellisation Cosmos Organic. Pourquoi pas 100% de bio ? Pour la simple et bonne raison que le déodorant contient du bicarbonate de soude et du zinc, des ingrédients qui ne peuvent pas être certifiés puisqu’il s’agit de minéraux et non de matière organique.

A la maison, il n’est pas toujours facile de savoir si un cosmétique est bon pour la santé. Pour commencer, un premier indice réside dans la liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients : une nomenclature obligatoire sur les produits cosmétiques depuis 1999) des ingrédients : en général : plus elle est courte, mieux c’est !  Attention aussi aux additifs nocifs et aux perturbateurs endocriniens. Si leurs noms sont parfois compliqués à retenir, il existe par exemple le site de l’UFC Que Choisir qui fait le topo sur les substances à éviter pour chaque produit. 

J’ai donc cherché la référence du déodorant sur le site de l’UFC Que Choisir. Tout y est verts, sauf quelques lignes d’ingrédients jaunes. Ce sont des molécules dite “allergènes”, contenues naturellement dans les huiles essentielles. Elles peuvent créer des réactions allergiques chez certaines personnes, cela concerne en moyenne moins d’1% de la population. Aucun danger pour la santé si vous n’y êtes pas sensible. En conclusion, après un simple test sur le poignet pour vérifier si l’on est allergique ou non, on peut dire que la formule est totalement saine pour la santé.

Pour résoudre le problème des listes INCI totalement incompréhensibles : les marques peuvent faciliter la tâche des consommateurs en traduisant les composants en français. C’est le choix qu’a fait les Enfants Sauvages par volonté de transparence auprès de sa communauté

Une liste d'ingrédients à première vue plutôt clean.
© Ambre Saclier

Et alors, est-ce efficace ?

Dernier test : l’efficacité ! A première utilisation, l’odeur des produits est agréable et pas trop persistante. Un bon point pour moi puisque je porte du parfum au quotidien et que je n’aime pas mélanger les senteurs. La prise en main est facile et le toucher est frais : pas de sensations d'inconfort et le séchage est rapide. 

Au bout de quelques jours d’utilisation, je suis satisfaite : le produit résiste aux efforts intenses (j’ai testé lors de ma séance de sport hebdomadaire) et n’a pas provoqué de réactions chez moi, alors que j’ai une peau plutôt sensible. 

Pour conclure, le prix de vente est plus élevé que les déodorants classiques, mais les composants sont plus nobles et le produit est dure 2 à 3 fois plus longtemps qu’un déodorant à bille classique (un flacon dure quatre mois en moyenne à raison d’une utilisation par jour). Un bon rapport qualité/prix donc grâce à sa durée d’utilisation allongée ! 

Pour le commander ou en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel

En partenariat avec Les Enfants Sauvages. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.