Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Isolation : comment s'assurer confort et économies d'énergie chez soi ?

©Africa Studio/Shutterstock

Moins d'énergie consommée et moins d'entretien, une valeur ajoutée à son logement, davantage de confort dans les périodes de grand froid... Isoler son intérieur comme il se doit est primordial pour passer un hiver agréable tout en respectant son environnement. Comment s'y prendre, concrètement ? 

Les infiltrations d'air, la température de nos parois mais également le taux d'humidité dans notre logement influent directement sur notre confort, particulièrement en période de froid. Si les petits gestes du quotidien comptent (aérer son logement pour chasser l'humidité et bien réguler son chauffage notamment), l'isolation thermique de son logement doit être une priorité. Surtout, selon l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME), que les 2/3 des logements ont été construits avant 1974 alors qu’il n’existait aucune réglementation thermique obligeant les logements neufs à être isolés. 

La bonne isolation thermique va permettre de diminuer les pertes de chaleur du logement et donc faire diminuer la facture. Grâce à elle et à une bonne ventilation, le logement vieillira mieux. Lors de son diagnostic de performance énergétique (DPE), un logement bien isolé bénéficiera également d'un meilleur classement. 

Réaliser si possible des travaux d'isolation

La bonne ventilation de son intérieur et des infiltrations d'air stoppées ne suffisent évidemment pas si le logement n'est pas dès le départ bien isolé. L'isolation concerne le toit, les murs et les planchers : elle nécessite l'intervention de professionnels (plus de détails sur les différentes techniques possibles et les isolants utilisés ici). Il est également essentiel d'installer des fenêtres performantes (techniques et labels à retrouver en suivant ce lien). Pour obtenir plus d'informations sur les obligations en termes d'isolation thermique, direction le guide : "Ravalement, rénovation de toiture, aménagement de pièces... Quand devez-vous isoler ?".

À noter qu'il existe des aides pour réaliser une rénovation énergétique de son habitat (consulter le site de l'ADEME à ce sujet). Il est nécessaire de faire appel à un professionnel RGE pour en bénéficier. Consulter le site www.faire.fr.

Veiller à la ventilation

Activités dans la maison comme la cuisine, la toilette, le simple fait de respirer, les fuites, les dégâts des eaux, les fissures locales... Les causes d'humidité dans un logement peuvent être multiples. Une ventilation insuffisante n’évacue pas assez cette humidité, qui risque de se condenser sur les plafonds, les murs... Il ne suffit pas d'aérer régulièrement son logement : avoir une ventilation efficace est primordial non seulement pour évacuer l’humidité mais également les polluants émis par les objets, les meubles (colles…), les produits ménagers... Or, le renouvellement de l'air n'est pas suffisant dans de nombreux logements. La ventilation mécanique contrôlée (VMC), qui aspire l’air intérieur pour l’extraire du logement, permet à l'air de se renouveler en permanence. Il en existe différents types (simple flux, double flux avec récupération de chaleur...), d'une ventilation mécanique répartie ou encore d'une VMC gaz pour les logements collectifs. 

Pour installer l'un de ces dispositifs :

Dans son guide consacré à la ventilation, l'ADEME propose en page 15 une comparaison de ces différents systèmes et indique les budgets à prévoir. 

Pour entretenir et assurer l'efficacité de sa VMC :

Entretenir toutes les bouches fixes avec un chiffon ; nettoyer les grilles avec de l'eau chaude et du liquide vaisselle ou au lave-vaisselle ; remplacer une à deux fois par an les deux filtres des VMC double flux ; faire entretenir sa VMC au moins tous les trois ans par un professionnel (obligatoire pour la VMC gaz tous les cinq ans). C’est indispensable pour que la VMC soit efficace, sans compter qu'il ne faut jamais boucher les entrées d’air (grilles ou autre).

Pour vérifier l'efficacité de sa VMC :

Approcher une feuille de papier WC sur la bouche d'extraction : celle-ci doit se plaquer contre la bouche.

Chasser les entrées d'air non contrôlées

Attention par ailleurs aux infiltrations d'air. Pour les éviter, il faut surveiller de près toutes les jonctions lors des travaux d'isolation (maçonnerie, menuiserie...). L'ADEME suggère également, pour éviter les déperditions de chaleur, d'isoler ses coffrets de volets roulants, de veiller à l'étanchéité des portes menant à des pièces non chauffées telles que le garage ou la cave, et de condamner les cheminées non utilisées. Il est important, lorsque l’on dispose d’une ventilation de type VMC, de supprimer ces entrées d’air parasites. Toutefois, sans VMC, il faut veiller à ne pas boucher les aérations ou les entrées d’air servant à ventiler le logement : cela empêcherait une bonne circulation d’air et pourrait ainsi créer des problèmes d’humidité.

Le saviez-vous ?

-Les bâtiments représentent en France 44 % de la consommation énergétique et 20 % des gaz à effet de serre ;

-La Loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit la rénovation de 500 000 logements par an et un parc entièrement basse consommation en 2050.

En partenariat avec l'ADEME. Guide complet sur l'isolation de son habitat à retrouver ici.