CHRONIQUE

Dans le rétro : zoom sur les couches lavables

©Laboko/Shutterstock

Chaque samedi à 9h, tout l'été sur France Inter, une personnalité engagée pour la transition écologique évoque son parcours, ses engagements et son quotidien, dans le cadre de l'émission "Des idées pour demain", présentée par Valère Corréard. Également au programme, une chronique "Dans le rétro" proposée par Camille Dufétel, rédactrice en chef d'ID. L'idée : jeter un coup d’œil sur les solutions d’hier... de retour aujourd'hui !

Samedi 6 juillet, l'invité de l'émission Des idées pour demain est l'écologiste Cyril Dion. En sa présence, zoom sur ce que l'on appelait autrefois des langes et qui a pris une forme un peu différente aujourd'hui : les couches lavables ! 

Les couches lavables font leur grand retour… Pourtant jusque là on était heureux avec les couches jetables, depuis la fin des années 70, ça nous avait un peu changé la vie ! Il faut dire que c’est assez pratique, les couches jetables, quand bébé pointe le bout de son nez ! On doit en faire des stocks et des stocks, on peut même construire une montagne avec dans sa salle de bains… Et pas question d’en manquer, puisqu’un enfant va utiliser en moyenne 4000 à 5000 couches jetables avant d’être propre… Résultat: les couches jetables pèsent environ 750 000 tonnes de déchets par an en France…

Cela fait beaucoup, et ce n'est pas le seul couac... Pas plus tard qu’en janvier de cette année, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a mis en évidence des dépassements de seuils pour plusieurs substances chimiques dans des couches jetables. Elle recommande de les éliminer ou de réduire autant que possible leur présence… Voilà pourquoi aujourd’hui on regarde dans le rétro et on se tourne à nouveau vers les langes qu’utilisaient nos grands-parents. Sauf qu’aujourd’hui, on parle de couches lavables.

Langes versus couches lavables

Les langes étaient du tissu épais utilisé en guise de couche. Ma grand-mère Solange, dans les Hauts-de-France, qui est un peu du haut de ses 93 ans ma conseillère personnelle pour cette chronique "Dans le rétro" tout l’été, n’en garde pas un souvenir impérissable : elle mettait les langes à bouillir à chaque fois dans une grande cuve avec de la lessive à paillettes, elle prenait une planche et une brosse et elle frottait… Aujourd’hui, avec les couches lavables, on est quand même dans quelque chose de plus pratique, elles sont le plus souvent en microfibre ou en coton, avec un revêtement imperméable et des élastiques, et elles s’utilisent avec des feuillets de protection jetables ou réutilisables à placer dans la couche.

Plusieurs entreprises se sont lancées dans le créneau des couches lavables ces dernières années : citons notamment P’tits Dessous, Hamac, ou encore Ma petite couche, qui propose pour sa part des couches à la location, et même avec option lavage pour la région parisienne. L’entreprise vient récupérer vos couches sales à vélo et vous les ramène propres.

En termes d'écologie, les couches lavables, c'est vraiment mieux ?

En termes de réduction des déchets, nul doute... Mais les couches lavables doivent évidemment être utilisées dans de bonnes conditions : on ne dépasse pas les 60 °C quand on les met à laver, on utilise une lessive éco-labellisée qu’on dose bien, on oublie le sèche-linge, et si on peut on choisit plutôt des couches à base de textiles bio, du coton bio par exemple. Qui dit écologie dit par ailleurs bien souvent économies : cela revient moins cher sur le long cours que d’acheter chaque semaine des couches jetables.

Cyril Dion répond aux questions de Valère Corréard dans l'émission "Des idées pour demain", sur France Inter.
©Antoine Vandeville/Radio France

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.