Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

info partenaire

Cette entreprise a peut-être trouvé la solution pour remplacer les sodas par de l’eau !

Les capsules se dissolvent dans 400 à 600 ml d'eau chaude ou froide.
©waterdrop/DR

L’entreprise autrichienne waterdrop® propose à la vente des petites capsules chargées de vitamines et aromatisées aux extraits de plantes et de fruits, à diluer dans de l’eau chaude ou froide. L’objectif ? Vous aider à boire plus tout en réduisant votre consommation de bouteilles en plastique. 

Ce n’est pas un secret : l’eau est indispensable à la santé et au bon fonctionnement du corps humain qui en contient environ 60 %. Selon les recommandations du Programme national nutrition santé, il faudrait boire entre 1,5 et 2 litres d’eau chaque jour. Pourtant, bien que chaque cellule en dépende, beaucoup d’entre nous en manquent, préférant se tourner vers le café, les sodas et autres boissons industrielles... D’autres encore préfèrent l’eau minérale vendue dans des bouteilles en plastique à celle du robinet à l’arrière-goût calcaire. La société waterdrop® se veut être la solution éco-responsable à tous ces maux : consommer plus d’eau tout en réduisant sa consommation de plastique. 

L’idée : des petites capsules solubles qui aromatisent les plus tristes verres d’eau. Le plus : elles sont composées uniquement d’ingrédients sains, d’extraits naturels de fruits, de plantes et de vitamines, sont végans, sans conservateur et sans sucre... Autrement dit, pas de quoi altérer les nombreux bienfaits de l’eau dans laquelle elles sont diluées. "L’idée de l’entreprise part de deux constats, explique Shirley Regnault, responsable communication de la marque. D’une part, consommer 1,5 litre d’eau par jour a un impact non négligeable sur l’énergie, la digestion, le fonctionnement des cellules... Et pourtant, une large majorité n’arrive pas à atteindre ce niveau de consommation. D’autre part, nous avons la chance d’évoluer dans un pays où l’eau courante est l’un des biens de consommation les plus contrôlés. Pourtant, des freins existent face à ce petit 'goût' de l’eau du robinet, souvent dû au traitement de l’eau qui peut varier d’une région à l’autre". 

Halte aux bouteilles en plastique  

Un atout santé donc, mais aussi un moyen de s’hydrater sans abîmer la planète à coût de pollution plastique et carbone. Fondée en 2017, waterdrop® entend s’attaquer aux deux grands enjeux auxquels se heurte l’industrie de l’eau : les emballages plastiques et l’empreinte liée à la distribution des bouteilles.  

"Martin Murray, fondateur et PDG de waterdrop®, s'est longtemps intéressé aux plus grandes entreprises productrices d’eau et de boissons aromatisées. Parti du constat qu’il était absurde de se faire livrer des eaux minérales à l’autre bout de la planète, mais également qu’il n’existait pas d’alternatives saines et nomades aux boissons classiques, il s’est imaginé un petit cube magique, regroupant les meilleurs ingrédients, qui transformerait l’eau en une boisson fruitée, bonne pour la santé", raconte Shirley Regnault. 

En effet, quelque 52 milliards de litres d’eau en bouteille sont encore consommés chaque année en Europe. 994 430 tonnes de déchets en plastique y sont produites. 35 % d’entre elles seulement sont recyclées. Pour pallier à ces chiffres vertigineux, waterdrop® distribue ses capsules - appelées "microdrink" ou "microtea" - par boîte de douze et chacune d’elle se dissout dans 400 à 600 ml d’eau. Concernant l’emballage des produits, ils sont pour leur part "recyclés", assure l’entreprise. "waterdrop® a pour ambition de devenir 100 % responsable. Une démarche comme une évidence pour une entreprise ayant vu le jour en 2017.

"C’est pour ces raisons que nous produisons nos microteasmicrodrinks, accessoires en verre et en céramique en Europe. Nous avons également à cœur de réduire le plus possible l’usage du plastique. Aujourd’hui, et parce que nous n’utilisons pas de conservateurs dans nos produits, ils sont particulièrement sensibles à l’humidité. Nous utilisons donc du PP (polypropylène) recyclable. Nous encourageons nos consommateurs à rapporter leurs capsules vide dans nos boutiques en échange de points fidélités. Nous avons également mis en place un partenariat avec la Plastic Bank. Pour chaque boite de 12 microdrinks, une bouteille en plastique conventionnelle est repêchée dans l’océan”, précise Shirley Regnault. Par tous ces efforts, waterdrop® se targue aujourd’hui de pouvoir réduire de 98 % le poids et l’emballage de ses produits par rapport à une bouteille en plastique classique. Elle économiserait en outre l’équivalent de 98 % d’émissions de CO2... 

Pour tous les goûts 

La gamme "microdrink", à dissoudre dans de l’eau fraîche, se décline en dix goûts différents aux vertus spécifiques. Le produit "Boost" est chargé de vitamines C, B6 et B12 par exemple. "Néro" pourrait remplacer le café grâce à ses extraits de caféine naturelle de guarana. Quant à "Defence", il renforcera le système immunitaire à l’aide de l’acérola et la cranberry qu’il contient.  

Enfin, waterdrop® propose également la version chaude appelée "microtea", celle-ci disponible en quatre goûts pour se substituer aux sachets de thé et infusions. Le plus : plus besoin de faire bouillir son eau, 60 degrés suffisent pour préparer sa boisson chaude. 

Enfin, l’entreprise propose également à la vente quelques accessoires zéro déchet tels que des gourdes, des pailles, ou encore des totebags... Quant au prix des boîtes de douze capsules waterdrop®, celui-ci varie de 6,99 à 7,99 euros. 

Avec waterdrop®.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs