La coccinelle agit comme un insecticide naturel très efficace pour les plantes.
©christelleboninn/Pixabay
Biodiversité

Insecticide naturel : "on recommande d'utiliser les coccinelles au stade de larve"

Article réservé aux abonnés

Contribuant à éviter l’usage d’insecticides chimiques, les coccinelles sont considérées par nombre de jardiniers comme des alliés de taille dans la lutte aux pucerons. 

La coccinelle est-elle un insecticide naturel efficace contre les pucerons ? Pourquoi la coccinelle asiatique est-elle si controversée ? Afin de répondre à ces différentes questions, ID a rencontré Sébastien Rousselle, chef de marché grand public au sein de Bioline Agrosciences, une entreprise fournissant et commercialisant une large gamme de solutions de lutte biologique.

On entend souvent dire que la coccinelle constitue un bon insecticide naturel, mais comment fonctionne concrètement ce processus ?

Il existe tout d’abord plusieurs méthodes pour positionner les coccinelles dans les cultures. Une des méthodes les plus courantes est l’utilisation d’une boîte en carton munie d’une languette. Lorsqu’on arrache cette languette, un trou se crée par lequel sortent les coccinelles qui prendront place sur la plante que vous souhaitez protéger. 

Si les conditions sont favorables, notamment la présence suffisante de pucerons, les coccinelles peuvent pondre des œufs sur la plante, ce qui permet alors le renouvellement du cycle.

Les coccinelles ont trois grands types de stades : le stade d'œuf, le stade de larve et le stade adulte. On recommande généralement d'utiliser des coccinelles à un stade de larve, car elles sont très actives et voraces, ce qui les rend plus efficaces dans la lutte contre les pucerons. De plus, les larves ne peuvent pas voler, ce qui les oblige à rester sur les plantes sur lesquelles elles ont été placées.

On peut néanmoins, dans certains cas, préférer utiliser des coccinelles adultes, notamment lorsque la zone à protéger est vaste, comme sur un cerisier par exemple. Une fois relâchées, ces dernières vont en effet chercher activement les pucerons, les identifier et se nourrir d'eux. 

Les coccinelles restent-elles durablement dans le jardin une fois qu’elles atteignent l’âge adulte ?

C’est tout à fait possible oui. Si les conditions sont favorables, notamment la présence suffisante de pucerons, les coccinelles peuvent pondre des œufs sur la plante, ce qui permet alors le renouvellement du cycle. 

À l'approche de l'automne et de l'hiver, elles ont tendance à se diriger vers les maisons, en particulier celles qui ont des ouvertures orientées au sud, et à y pénétrer.

Si votre jardin offre un environnement propice avec une bonne biodiversité en termes de plantes, d'insectes et autres, vous pouvez maintenir une population de coccinelles qui dure relativement longtemps dans le temps.

Bien qu’elles aient longtemps été utilisées comme insecticide naturel, les coccinelles asiatiques sont régulièrement critiquées aujourd’hui. Pour quelle raison ?

Il existe deux principaux sujets de discussion concernant cette coccinelle. Tout d’abord, il faut bien comprendre que chaque espèce de coccinelle a ses propres habitudes de vie et de migration pour l'hiver. Certaines choisissent de passer l'hiver dans les plantes, tandis que d'autres se cachent dans des endroits tels que les talus, les cailloux et les branches. 

De son côté, la coccinelle asiatique avait historiquement l'habitude de se réfugier dans des cavernes exposées au Sud lorsqu’elle était en Asie. Cependant, en raison de l'absence de cavernes dans nos environnements actuels, je dirais - en caricaturant un petit peu - que ces coccinelles ont adopté nos fenêtres comme un substitut. Donc, à l'approche de l'automne et de l'hiver, elles ont tendance à se diriger vers les maisons, en particulier celles qui ont des ouvertures orientées au sud, et à y pénétrer. Cela peut entraîner l'entrée de dizaines de coccinelles dans les maisons, ce qui peut être gênant pour certaines personnes, même si cela ne présente aucun danger en tant que tel.

Il faut bien comprendre que la dénomination "coccinelle" englobe plusieurs centaines d'espèces différentes, y compris en France.

Une deuxième observation concernant les coccinelles asiatiques est qu'elles sont naturellement de taille plus grande et ont un appétit plus important. On dit qu'elles pourraient concurrencer les coccinelles indigènes en consommant une grande quantité de nourriture, ce qui retirerait des ressources alimentaires aux autres espèces de coccinelles présentes. Cependant, à ce jour, il ne semble pas que les coccinelles "françaises" soient menacées. Elles sont toujours présentes, se reproduisent et parviennent à survivre.

Et plus largement, comment distingue-t-on les différentes espèces de coccinelles ?

Premièrement, il faut bien comprendre que la dénomination "coccinelle" englobe plusieurs centaines d'espèces différentes, y compris en France. Bien sûr, nous allons en identifier certaines plus facilement, grâce à leurs couleurs notamment, comme les rouges à points noirs par exemple. Mais il en existe plein d’autres, comme les jaunes, les jaunes à points, les noirs, etc. Les coccinelles ne partagent pas toutes le même régime alimentaire. Certaines se nourrissent principalement de pucerons, tandis que d'autres se nourrissent de cochenilles ou de petits champignons qui se développent sur les plantes.

Les espèces de coccinelles ont des préférences quant à leur habitat. Certaines préfèrent les végétaux de petite taille tandis que d'autres se plaisent davantage dans les arbres et les arbustes. Un cas particulier se présente lorsque des pucerons se trouvent sur des plantes toxiques telles que le laurier rose ou le dipladénia, qui possèdent une sève toxique pour les insectes. Mais, malgré cela, il existe aussi des coccinelles spécifiques capables de résister à la toxicité des pucerons qui se sont nourris de ces plantes.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !  

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #12 : "Ecologie : gagner plus, dépenser moins”. 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour associer économies avec écologie ! 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.

* Offre sans engagement valable pour toute nouvelle souscription d’un abonnement à l’Infodurable. Au-delà du 1er mois, à défaut de résiliation, reconduction tacite de l'abonnement à 6,90€ par mois. Le client peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement. Cette résiliation prendra effet le dernier jour de la période d'abonnement en cours.
Pour toute question, vous pouvez contacter notre service client par mail contact@linfodurable.fr.