L'herbier de zostère naine de l'île aux Oiseaux (bassin d'Arcachon).
© Mégane Lebeault/OFB
Biodiversité

Herbiers de zostères : qu’est-ce que c’est ?

Réservoirs de biodiversité ou encore puits de carbone, les herbiers de zostères, cousins des posidonies, sont aujourd’hui en voie de disparition. Afin de préserver ce fragile écosystème, des actions de restauration voient le jour, notamment dans le bassin d’Arcachon (Gironde).  

Les zostères marines sont implantées sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique.
© Florian Ganthy/Ifremer

De vastes prairies sous-marines, voilà à quoi ressemblent les herbiers marins de zostères. Moins connus que les coraux et les algues, ces plantes aquatiques à fleurs poussent près des côtes à faible profondeur. En France, deux espèces peuplent les fonds : la zostère naine (Zostera noltei) dont les feuilles mesurent entre 10 et 30 cm de long, et la zostère marine (Zostera marina) qui ressemble à la posidonie, un autre type d’herbier situé en Méditerranée. "Les zostères se trouvent sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique mais on retrouve aussi des zostères naines en Méditerranée où elles sont plutôt implantées dans les étangs que dans la mer”, note Florian Ganthy, chercheur en dynamique sédimentaire et modélisation numérique à l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer). 

De multiples rôles 

Comme les posidonies, les zostères fournissent plusieurs services. Il s’agit notamment d’un abri pour la biodiversité. En Bretagne ou dans le bassin d’Arcachon, les seiches vont par exemple pondre dans les herbiers. C’est également un piège à carbone. Selon WWF, les zostères peuvent stocker jusqu’à 11 % de carbone marin alors qu’ils n’occupent qu’environ 0,1 % de la superficie totale de l’océan. "De par leur présence physique, les herbiers vont aussi avoir des effets importants sur l’hydrodynamique. En freinant les courants et en atténuant les vagues, ils peuvent jouer un rôle de protection naturelle du trait de côte et donc prévenir l’érosion marine", explique Florian Ganthy.  

Immersion dans les herbiers du bassin d'Arcachon

Indispensables, ces écosystèmes s'amenuisent pourtant d’année en année. "A l’échelle mondiale, entre 1879 et 2009, le taux de régression est de l’ordre de 29 %. En France, dans le bassin d’Arcachon, la régression s’élève à 75 % de la surface pour l’espèce naine entre 1989 et 2019, et pour l’espèce marine, on est à 90 % de perte de surface entre 1988 et 2016", relève le chercheur à l’Ifremer.  

Une espèce menacée 

Plusieurs causes peuvent expliquer cette diminution : les aménagements portuaires, les dragages mais aussi les rejets de polluants comme les pesticides qui peuvent affecter la croissance des zostères et augmenter leur mortalité. "Dans le bassin d’Arcachon, où se trouvent le plus grand herbier de zostères naines d’Europe et de nombreuses zostères marines, les canicules marines de 2003 puis 2006 ont également provoqué la disparition des zostères. La chaleur augmente notamment la toxicité des contaminants chimiques”, fait savoir Thomas Fauvel, chargée de mission Marha au Parc naturel marin du bassin d’Arcachon. 

Afin de lutter pour la préservation des prairies sous-marines, des actions sont menées pour remplacer les dispositifs de mouillage. “Nous travaillons avec les professionnels de la mer pour les aider à améliorer leurs pratiques et les rendre plus compatibles avec le maintien et le retour des herbiers", précise le spécialiste.

Depuis 2021, le parc naturel marin du bassin d’Arcachon œuvre par ailleurs pour la restauration des herbiers de zostères naines à travers des chantiers participatifs de collecte de graines. "L’objectif est de permettre la relocalisation des herbiers sur des zones où ils ont disparu", ajoute Thomas Fauvel. Ouvertes aux citoyens, plusieurs opérations ont lieu cet été. Des actions sont notamment prévues les 18 août et 1er septembre prochains sur l’estran de l’île aux Oiseaux, sur le bassin d'Arcachon. Le rendez-vous est pris !

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !  

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #12 : "Ecologie : gagner plus, dépenser moins”. 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour associer économies avec écologie ! 


Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.