Julien Pierre, ex-rugbyman professionnel et fondateur du label Fair Play For Planet.
©Camille Tribout /ID, l'Info Durable
Société

Rencontre avec Julien Pierre : sport et écologie, vraiment compatibles ?

Ancien rugbyman de haut niveau, Julien Pierre s’est lancé il y a quelques années dans une nouvelle aventure en créant "Fair Play For Planet", un label environnemental conçu spécifiquement pour les clubs, les sites et les évènements sportifs.

Julien Pierre, a fait le choix de consacrer sa carrière "post-sportive" à la préservation de l’environnement. Pour ce faire, il a fondé en 2020 le label Fair Play For Planet (FPFP), avec un objectif principal : concilier les enjeux environnementaux au monde du sport. Pour ID, Valère Correard, journaliste et fondateur du média, s’est entretenu avec l’ex-international français de rugby.

Une thématique chère depuis l’enfance

Sensibilisé très tôt à la protection des espèces menacées et de leur écosystème, l’ancien sportif confie avoir grandi dans un parc animalier créé par son grand-père en Anjou. Si le rugby est alors devenu prioritaire à ses yeux, Julien Pierre se rappelle avoir été très impacté par les enjeux environnementaux quelques années plus tard, à l’occasion d’un voyage à Sumatra, en Indonésie. "J’ai pris une claque en découvrant des paysages dévastés par des pipelines à perte de vue, des forêts brûlées, des mangroves rasées au bulldozer, des villages qui croulaient sous les déchets plastiques…"

Le devoir d’exemplarité du monde du sport, à la fois professionnel ou amateur, est très important dans le sens où les retombées positives peuvent être rapidement démultipliées.

Une reconversion professionnelle évidente

Si pendant sa carrière, l’ancien joueur du Stade rochelais restait plutôt discret quant à ses engagements en faveur de la nature, sa reconversion professionnelle n’a pourtant fait aucun doute : "Je crois que je ne pouvais pas faire autrement. J’ai eu la chance de vivre de grands évènements sportifs, et de constater l’impact du sport et de la parole d’un sportif sur la société, ce qui en fait un véritable outil de sensibilisation. J'ai eu envie d’utiliser cela : j’ai repris mes études et mon mémoire portait sur la création d’un label environnemental pour le secteur."

Dans quel monde va-t-on voir grandir nos enfants ? 50 degrés avec un taux d’humidité de 90 %, ce n’est pas vivable, les gens ne pourront plus transpirer, ils vont mourir de chaleur. Et ce scénario, c’est demain.

Une transition en marche

Bien que l’engagement en faveur de l’écologie soit "encore timide" dans le monde du sport, ce dernier a toutefois bel et bien entamé sa transition d’après Julien Pierre : "Le devoir d’exemplarité du monde du sport, à la fois professionnel ou amateur, est très important dans le sens où les retombées positives peuvent être rapidement démultipliées."

Plus largement, l’objectif de l’ancien sportif est clair désormais : "sauver la planète, mais surtout sauver les hommes". Il ajoute : "Il s’agit de nous : nous sommes en danger et l’on ne s’en rend pas assez compte. Dans quel monde va-t-on voir grandir nos enfants ? 50 degrés avec un taux d’humidité de 90 %, ce n’est pas vivable, les gens ne pourront plus transpirer, ils vont mourir de chaleur. Et ce scénario, c’est demain."

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #13 : "Sport et écologie : mode d’emploi". 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour associer sport et écologie au quotidien ! 

Cliquez ici pour découvrir et précommander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs 

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.