Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

Changement climatique et migration : un lien complexe à établir

©Olga Kot Photo/Shutterstock

Le changement climatique ne devrait pas provoquer de mouvements migratoires internationaux de masse dans les prochaines années, mais plutôt accentuer des crises et conflits qui génèrent déjà des déplacements internes dans les pays du Sud, estiment des spécialistes français de l'immigration.

Un discours à contre-courant des projections des experts du climat, notamment ceux de l'Onu (Giec), ou d'organisations comme la Banque mondiale qui chiffre à plus de 200 millions les personnes poussées à l'exode en 2050 en raison des impacts du réchauffement de la planète, des sécheresses et autres cyclones. Un "chiffre bidon", balaye François Héran, démographe qui dirige la chaire migrations du Collège de France.

D'autres causes, politiques, économiques, sociales, interagissent."

"L'idée que la dégradation du climat, la montée progressive des eaux, va nécessairement provoquer des migrations internationales est une idée simpliste qui n'est absolument pas prouvée", a-t-il expliqué lors d'une table ronde consacrée aux "déplacés environnementaux" lundi soir à la Bibliothèque publique d'information à Paris. "D'autres causes, politiques, économiques, sociales, interagissent" avec le climat pour déclencher un exil souvent "multifactoriel", poursuit le dirigeant de l'Institut convergence migrations, qui a étudié les recoupements entre les déplacements et les images satellitaires témoignant de l'évolution climatique.

Parmi les près de 60 millions de déplacés internes dans le monde en 2021 recensés par l'International displacement monitoring centre (IDMC), qui fait référence, combien réellement liés au changement climatique ?

Confusion entre facteurs environnementaux et conflits 

En 2020, 33,7 millions l'étaient en raison d'événements naturels, mais cela inclut aussi des phénomènes géophysiques immémoriaux, comme les éruptions volcaniques, les glissements de terrain, les tremblements de terre... Si l'on ne garde que les tempêtes, les inondations ou encore les sécheresses, cela concernait 22 millions de personnes. "On a du mal à isoler les facteurs environnementaux, diffus, progressifs, par rapport aux facteurs comme les conflits", convient Hélène Thiollet, qui enseigne les migrations internationales à Sciences Po Paris. Souvent, souligne la politologue, "on a les deux en même temps" comme déclencheur du départ, "à la fois une catastrophe climatique et un conflit, le climat et l'insécurité ou la répression politique". Pour elle, l'écart d'appréciation du phénomène découle d'une bonne volonté initiale de climatologues "alarmistes". Mais ces derniers ont "instrumentalisé la menace migratoire en donnant un visage ultra-menaçant au changement climatique pour en faire un instrument, qu'ils pensent vertueux, de la prise de conscience écologique".

Bien sûr, conviennent les spécialistes des migrations, il existe des régions où la corrélation entre climat et exode est évidente.

Les pays d'Asie du sud-est sont particulièrement touchés, à commencer par le Bangladesh. Mais surtout des petits archipels du Pacifique menacés de disparaître de la carte, comme Tuvalu et Kiribati. Ce dernier a carrément acheté une île aux Fidji pour y déplacer sa population en cas de montée des eaux irréversible.

Réfugiés ou déplacés ?

C'est d'ailleurs un ressortissant de Kiribati qui avait déposé en 2013 une demande d'asile en Nouvelle-Zélande au motif du réchauffement climatique. Une première. Mais "le climat engendre des migrations de gens qui ne bougent pas loin, ce sont surtout des déplacés internes ou des migrations Sud-Sud, donc ça ne créera pas des mouvements comme on l'a vu avec des conflits politiques, ethniques", observe Catherine Withol de Wenden, directrice de recherche au CNRS et spécialiste du sujet.

C'est une des raisons pour lesquelles les pays du Sud ne sont pas plus favorables que les pays occidentaux à la création d'un statut de réfugié climatique, exclu sur la scène internationale à ce stade - la notion de réfugié restant intimement liée au risque de persécution.

En général, la différence entre le migrant et le réfugié c'est que le réfugié n'avait pas d'autre choix que de partir. Or la nature des phénomènes environnementaux fait qu'il y a une forme de contrainte."

Une situation qui pose question, reprend la chercheuse Hélène Thiollet : "En général, la différence entre le migrant et le réfugié c'est que le réfugié n'avait pas d'autre choix que de partir. Or la nature des phénomènes environnementaux fait qu'il y a une forme de contrainte", estime-t-elle. "La désertification, typiquement, est un facteur qui va amener les gens à prendre la décision de migrer. Il n'y a pas quelqu'un avec un fusil derrière vous, mais de manière structurelle, cela vous force à partir."

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs